Comme un jour de septembre…

Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de ma jeunesse. Comme tout le monde, je suppose. J'ai le souvenir diffus que l'ennui est un problème que j'ai rarement rencontré. Ou du moins beaucoup plus rarement que ce qui était suggéré par des discussions que j'ai entendues beaucoup plus tard, où des parents parlaient des côtés négatifs des vacances scolaires, surtout les « grandes vacances » d'été.

Cela étant, je reconnais que je ne peux rien extraire de ma mémoire pour étayer cette affirmation ; mais partir à la recherche d'exemples pour étayer un quantificateur universel est toujours périlleux.

Il y avait donc la vie en période scolaire, et la vie en période de vacances scolaires, et il ne me semble jamais avoir souhaité ardemment un changement dans un sens ou dans l'autre. Ces changements existaient malgré tout, et il fallait évidemment faire avec.

Depuis quelques jours, j'ai retrouvé des impressions que je n'avaient plus ressenties depuis longtemps. Les impressions de ces jours de septembre, qui font encore partie des vacances, mais qui n'en sont plus vraiment, qui sont plutôt la préparation de la rentrée imminente.

Ma rentrée, c'est demain.

Après cinq mois et demi en chômage, je vais reprendre le chemin de l'école du travail.

Et comme avant une rentrée scolaire, je ne sais pas très bien à quoi m'attendre. Évidemment, j'ai une vague idée des thèmes qui vont être traités, je sais dans quelle filière je suis inscrite pour quel poste j'ai postulé. En revanche, je n'ai absolument aucune idée de qui seront mes camarades de classe collègues, quelle sera l'ambiance, de quelles fournitures j'aurai besoin, etc. Bref, tout ce qui fera que mon quotidien est ce qu'il est.

Le plus pénible n'est pourtant pas directement l'incertitude de ce futur pourtant si proche, mais plutôt le changement soudain et massif dans le rythme de vie. Un changement auquel on ne peut pas vraiment se préparer, faute de savoir à quoi se préparer. Je préfère les transitions en douceur, bien planifiée, mais la vie est ainsi faite que je n'ai pas droit à ce luxe.

En toute franchise, je n'aurais pas été foncièrement contre continuer le chômage. Il y a les contraintes financières, évidemment, mais dans le cas hypothétique où elles n'existeraient pas (par exemple avec une allocation universelle), je pense que j'aurais pu rester longtemps sans emploi et sans être malheureuse.

Je crois que ce qui m'aurait manqué en premier, c'est le contact social ; mais l'environnement de travail n'est pas forcément ce qu'il y a de mieux pour ça. Voire il peut être un cadre socialement négatif, par exemple à cause d'une mauvaise ambiance ou de harcèlements. D'autres environnements, moins contraignants, par exemple associatifs, sont probablement plus adaptés pour remplir ce besoin.

Et dans le même registre, j'ai connu un sentiment d'utilité (et la reconnaissance sociale qui va avec) dans mon emploi précédent. Je crains ne plus le ressentir avant longtemps, vu que j'ai renoncé à la voie de l'administration système (pour l'instant, mais ça va devenir de plus en plus dur de trouver un recruteur qui me laisserait y retourner).

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne (plus ou moins quelques heures), je partirai vers l'inconnu, vers l'aventure, vers l'épopée mystérieuse de mon futur emploi. Je sais qu'ils m'attendent.

J'aurais juste aimé avoir aussi la certitude d'être correctement armée pour affronter tout ça.

Commentaires

1. Le mardi 17 avril 2012 à 10:39, par Fred :

Malgré le ton un peu mitigé du billet, félicitations !!
Et courage aussi pour cette reprise :)

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 15 avril 2012 à 22h26
  • État de la bête : en train de mettre son bandeau blanc avec un rond rouge
  • 1 commentaire
  • Tag : Boulot

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2016 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly