Les demi-vérités

Dans mon article précédent, le réveil n'a pas sonné, j'ai décrit ce que j'appelle une demi-vérité. Ceux qui me côtoient l'ont probablement déjà entendu, mais je ne sais pas si c'était bien clair.

Je fais une distinction entre un mensonge, où on dit volontairement quelque chose de faux, et une demi-vérité, où on dit quelque chose de complètement vrai, mais de façon à induire en erreur. C'est donc une demi-vérité parce que ce n'est pas toute la vérité.

Il est impossible de dire toute la vérité. Pour que la réalité rentre dans des mots, il faut forcément la simplifier, en sélectionner des aspects pour avoir assez peu d'informations pour que ce soit communicable en un temps raisonnable. Donc la différence entre une vérité et une demi-vérité est très ténue, c'est juste un biais volontaire, en plus des multiples biais involontaires, dans ce processus de sélection.

Donc le grand avantage des demi-vérités sur les mensonges, est que le mensonge est moralement répréhensible, alors qu'une demi-vérité c'est juste un malentendu, qui peut tout à fait être involontaire. Donc une demi-vérité peut faire l'office d'un mensonge, mais sans y perdre de bonne foi.

Par exemple dans mon cas, le réveil n'a pas sonné est une très jolie demi-vérité : comme je l'ai expliqué, c'est intrinsèquement complètement authentique ; c'est juste que formulé comme ça, ça sous-entend que le réveil aurait dû sonner, et que je comptais sur le fait qu'il sonne pour arriver à l'heure. Ces informations sous-entendues sont clairement fausses d'après cet articles, mais ce ne sont pas des informations que j'ai communiquées. Ce sont des informations qui ont été inventées par l'interlocuteur. Ce n'est quand même pas faute s'il surinterprète ce que je dis, si ?

Toute la force de la demi-vérité est là. Ça utilise le fait qu'on ne peut pas dire toute la vérité, et que l'interlocuteur ajoute forcément des informations à ce qui est dit pour pouvoir se représenter la réalité. Ça me semble être un processus naturel qui conduit à un malentendu, c'est juste que de temps en temps je donne un p'tit coup de pouce à la nature.

Mais à quoi ça sert exactement ? C'est juste un artifice pour être en paix avec sa conscience ? Non, ma conscience va très bien, merci de s'en préoccuper. Je ne vois pas de différence morale entre un mensonge et une demi-vérité.

Mais le mensonge est quelque chose de complexe, qui demande beaucoup de maîtrise : il faut construire dans sa tête une version alternative de notre monde, où le mensonge serait une vérité, et vérifier que ce monde alternatif est bien cohérent en lui-même, mais aussi dont le futur soit cohérent avec le futur du monde réel tel qu'il peut être mesuré par ceux à qui on ment, de façon à ce que le mensonge ne soit pas découvert. Ensuite, il faut garder à l'esprit ce monde alternatif, pour pouvoir agir selon lui et non selon le monde réel, pour éviter de se trahir.

C'est beaucoup de travail tout ça. Il y a mêmes des gens qui pensent sérieusement qu'une bonne partie de la population est honnête simplement parce qu'un mensonge est trop « cher » en ressources intellectuelles. C'est pourquoi je ne garde le mensonge que pour les grandes occasions, ou quand les demi-vérités ne suffisent pas.

Parce qu'une demi-vérité, c'est la vérité, donc il n'y a pas de monde alternatif à imaginer et à entretenir. Les seules ressources intellectuelles nécessaires sont celles pour se souvenir de ce que l'on ne veut pas révéler, mais en général c'est plutôt facile à mémoriser. D'autre part, les demi-vérités sont moins exigeantes, parce lorsqu'une demi-vérité est découverte, ce n'est qu'un malentendu, donc les informations à protéger sont compromises, mais pas la confiance la personne en elle-même. Donc en quelque sorte, les demi-vérités « pardonnent » plus que le mensonge.

Lorsqu'il s'agit d'induire dans l'erreur le tout-venant, pour une raison ou pour une autre, je joue sur l'ambiguïté avec mes demi-vérités, qui sont plus souples à manipuler que les mensonges.

Par contre, je me demande si c'est une très bonne idée de publier cet articles. Combien de personnes vont encore me faire confiance après avoir cette théorie du bien mentir ? C'est dommage, j'aimais bien ma crédibilité...

Commentaires

1. Le samedi 8 septembre 2007 à 19:45, par _FrnchFrgg_ :

C'est marrant, on a plus ou moins la même notion du mensonge (sauf que moi j'appelle ça des mensonges, même si techniquement je n'ai rien dit de faux). C'est fou les manières dont on peut tourner la vérité pour induire des choses.

Mais en fait, on le fait bien plus souvent que l'on croit; quand on écrit une lettre de motivation, on ne dit pas "j'ai besoin de fric et j'ai envie d'un boulot bien dans mes compétences parce que j'ai la flemme d'apprendre, et que je ne veux pas être réduit à la manutention")... Finalement c'est pas loin de l'hypocrisie, ta "demi-vérité".

Et détrompes-toi, la plupart du temps, une demi-vérité t'es reprochée comme un mensonge. D'ailleurs, la plupart du temps les gens ne se souviennent pas d'une conversation telle qu'elle a été prononcée, mais telle qu'ils l'ont comprise. Donc ils ne te croiront même pas forcément quand tu diras avoir menti seulement par omission, du moins si c'était suffisamment biaisé pour qu'ils n'aient eu qu'une seule hypothèse en tête au moment des faits.

En fait, plus généralement, la plupart des gens biaisent leur souvenir des faits pour appuyer leurs hypothèses, et non l'inverse. Ils vont donc ressentir ta demi-vérité comme un mensonge...

Il vaut mieux faire comme nini, qui ne ment jamais, ou presque. Des fois elle essaie de tourner autour du pot pour ne pas avoir à dire qqchose, mais elle échoue quasiment à chaque fois. Elle ne sait absolument pas mentir (ou alors, elle est trèèèèès douée, et elle introduit suffisamment de mensonges ratés mais sans conséquences pour nous induire en erreur). Finalement ça simplifie la vie... (heureusement, elle peut quand même cacher des choses, genre si on lui demande "votre copain a-t-il une grande quéquette, elle peut très bien répondre "oui", comme personne n'insiste ni ne trouve ça louche — quand ils ne connaissent pas — ça passe).

Sur ce, j'arrête de bavarder pour ne rien dire.

2. Le vendredi 14 septembre 2007 à 17:57, par Natacha :

Je dois avouer que je ne me souviens pas avoir de demi-vérité encore découverte, ni d'en avoir fait beaucoup sur un support non-écrit (c'est plus facile de montrer une erreur dans un log que dans un souvenir de conversation orale), du coup c'est vrai que je ne suis pas trop sensibilisée à ces cas. Je gère les demi-vérités comme les mensonges, c'est juste que ça demande moins d'effort.

Cela dit, la politique de Virginie est celle que je m'efforce d'appliquer aux yeux de tous. J'ai fait une exception dans cet article, et je le regretterai peut-être, mais officiellement je ne mens pas et je suis toujours sincère, simplement parce que j'aime que ce que je dis soit vraiment fiable et solide (un article futur détaillera probablement ce point). C'est d'ailleurs pour ça que je me donne autant de mal pour maintenir mes mensonges.

Parce que du coup, en révélant comme ça que je suis une menteuse, alors que si peu de monde en a conscience (ou alors ils le cachent bien), ça veut dire qu'à partir de maintenant tout ce que je vais dire va être considéré comme douteux. Est-ce la vérité ou quelque chose de subtilement construit qui a vraiment l'apparence ? Bref je me suis grillée toute seule.

3. Le jeudi 24 avril 2008 à 16:42, par NeoDodge :

Si tu te sens coupable, dis toi que t'as la même définition de la vérité qu'ObiWan Kenobi et Yoda ! (Si si ! Quand Anakin est devenu Dark Vador, ton père est mort, donc Darkou a tué ton père, j'te jure !)

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 8 septembre 2007 à 14h51
  • Dernière modification le 6 avril 2014 à 18h43
  • 4 commentaire(s)

Derniers commentaires

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2016 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly