Chroniques du hérisson

Par le croissant de la lune bleutée, Que ce conte, par son intensité, Imprègne votre coeur et votre chair. Car c'est ainsi que parle la légende : Il y a bien longtemps, avant que la terre Aux hommes totalement ne se rende, Le monde comptait deux communautés, Les hérissons, dociles et travailleurs, Et les rats, roublards, sûrs et ripailleurs, Séparées par des arbres enchantés Qui se racontaient entre eux des histoires Qu'aucun mortel ne put jamais savoir.

Un jour il arriva qu'un hérisson Naquit parmi les rats aux doux poils courts, Mais il fut élevé à leur façon. Lui-même, parfois, laissait libre cours À l'illusion d'être vraiment un rat, Malgré l'évidence de son aura. Lorsque la fraîcheur du soir arrivait, Il regardait d'un oeil calme et serein Les rats se rapprocher avec entrain, Et leur chaleur entre eux les ravivait. Ce hérisson ne craignait pas le froid, Il aimait bien savourer, taciturne, Le silence de la fraîcheur nocturne, Dans cette forêt où les arbres rois Lui disaient des secrets et des histoires Qu'aucun mortel ne put jamais savoir.

Il vit un jour, au détour d'un chemin, Des hérissons marcher main dans la main. À l'appel du groupe, il choisit de suivre, De laisser derrière lui la forêt. À supporter les piques il était prêt, Dans cette chaleur il était comme ivre. Dans l'odeur de la sueur et du sang, Il essaya longtemps mais vainement De partager ses sublimes histoires Qu'aucun mortel ne put jamais savoir.

Mais lorsqu'il vit que le sang qui coulait N'était pas seulement son propre sang, Il était trop tard pour pansements. Il voyait bien ce qui se profilait, L'ivresse rendit sa place à l'esprit, Et « Plus jamais » fut le parti qu'il prit, Refaire l'erreur trop lui coûterait. Il retourna, boitant, dans la forêt Dont le silence contait des histoires Qu'aucun mortel ne put jamais savoir.

Aujourd'hui encore, forêts et buissons, Arbres et chardons, parlent sans un son De ce hérisson et de son histoire Qu'aucun mortel ne put jamais savoir.

Commentaires

1. Le mardi 6 octobre 2009 à 12:18, par _FrnchFrgg_ :

Je l'avais loupée cette entrée là; j'aime beaucoup, surtout la répétition du derniers vers des strophes.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cette histoire

  • Initialement publié le 25 janvier 2006
  • Republié ici le 31 août 2009 à 17h11
  • Dernière modification le 19 janvier 2010 à 20h49
  • 347 mots
  • 1 commentaire

Nouvelles courtes

Derniers commentaires

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2017 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly