So Much Win

Un titre qui n'a (presque) rien à voir

Je me demande souvent si mes explications de titre sont vraiment utiles, mais je vais encore le faire. Si ça ne vous intéresse vraiment pas, les sections suivantes n'utilisent pas du tout les informations présentées ici.

Je traduirais le titre par « Tellement de gagner », en transposant la grammaire cassée originale. C'est une troncature de l'expression (correcte) "So much winning" (« Tellement de victoire »), éventuellement suivie de "You're going to be tired of winning" (« Vous en aurez marre de gagner »), qui m'a marquée et que que je trouve emblématique de Donald Trump.

En réalité les mots exacts sont "We're going to win so much", mais en fait le raccourci garde le même sens et s'intègre mieux dans une expression isolée, alors que la formulation originale fait partie du flux du discours. Un peu comme lorsqu'on prétend citer l'inspecteur Harry avec "Are you feeling lucky, punk?" (« Est-ce que tu te sens en veine, punk ? »).

La raison pour laquelle ça m'a marquée, c'est qu'en l'entendant déclamer cette partie de son discours, toutes les alarmes instinctives se sont déclenchées en moi, mettant en garde contre ce bonhomme. C'est très rare que j'aie des réactions aussi intenses sur la politique, le seul autre exemple c'est face aux expressions faciales de Nicolas Sarkozy lors de son discours de bonne année 2006 devant l'UMP.

Cependant, il n'est pas du tout question de politique dans ce billet. Il n'est même pas question de gagner, le mot "win" n'apparaît que comme diminutif de "Windows", dont il est vraiment question ici, et le reste du titre est juste inévitable à côté de "win" tellement l'empreinte mentale de ce discours est massive.

L'évolution des systèmes de jeux

J'ai commencé à jouer sur l'ordinateur familial Atari ST, sur des titres dont je garde un tendre souvenir, et dont mon intérêt est sans doute largement basé sur la nostalgie, vu le mal que j'ai avec le retrogaming sur les jeux que je n'ai pas connus à l'époque.

J'ai continué avec le PC familial sous Dos, puis un PC personnel avec Windows 98, puis un windows préinstallé en dual boot uniquement pour jouer. Et puis le dual boot est devenu trop chiant, et j'ai fait une pause dans le jeu vidéo, avec des tentatives sporadiques de wine.

Il y a un trou de plusieurs années que ma mémoire n'arrive pas à combler, et dont toutes les traces numériques ont été perdues à cause de ma négligence et de mes erreurs de jeunesse en administration système. Pendant ce temps, FreeBSD est progressivement devenu mon système d'exploitation principal, en remplacement de Linux.

Au moment où le présent site fut lancé, j'étais déjà sérieusement FreeBSDisée. Ma mémoire est encore floue sur le comment, mais j'ai fini par avoir envie de jouer un peu, et j'ai commencé par essayer sur mon système d'exploitation habituel, et ça a juste marché, alors je n'ai pas cherché plus loin. Je me souviens qu'un des premiers tests était la démo de Doom III. Du coup tous les jeux dont il a été question ici fonctionnaient sous FreeBSD.

La période pendant laquelle je passais 10% de mon temps à jouer n'a pas duré très longtemps, mais si j'ai réduit la quantité j'ai continué à jouer assez régulièrement. J'ai même contribué un article au hors-série Linux Mag' sur BSD, qui était en gros un témoigne « ça juste marche bien ».

Mais pourquoi ?

J'ai donc passé des années à jouer avec Wine sous FreeBSD, et fatalement des gens m'ont demandé pourquoi s'embêter la vie avec un tel montage au lieu d'un simple dual boot sous Windows.

Évidemment, j'ai souvent été taxée de partisane extrémiste du logiciel libre, et j'ai appris que ce n'est pas trop la peine d'essayer de sortir mon interlocuteur de son erreur.

Pour commencer, je n'ai pas eu à déployer tellement d'efforts pou faire fonctionner tout ça, comme je l'avais déjà écrit dans Résurrection de Yulai. Donc le coût de cette alternative n'est pas si élevé que ça, en tout cas nettement moins que la description du montage laisse penser.

Je concède que j'ai probablement dû me battre un peu plus fort pour assurer que tout ce montage fonctionne que pour faire fonctionner les mêmes jeux sous Windows.

Mais utiliser Windows ne se limite pas à jouer, il y a un certain entretien de base pour maintenir en fonctionnement le système d'exploitation dans son environnement, au gré des changements de matériel interne, de réseau, etc. Et ce sont ces activités se passent souvent très bien et sans efforts, certes, mais elles peuvent prendre un temps énorme quand un imprévu se produit.

Je me souviens encore de la fois où j'ai longuement cherché comment changer la MTU d'un Windows 98, et je crois même avoir essayé avec Windows 2000, avant de tout simplement jeter l'éponge.

C'est pour ça que je suis encore convaincue que j'ai passé moins de temps à maintenir en fonctionnement mes jeux sous FreeBSD qu'à maintenir en fonctionnement un Windows sur lequel les jeux fonctionneraient sans effort.

Je ne serais même pas étonnée que ma dernière panne (intermittente) de disque dur ait permis à elle toute seule de rentabiliser tous les efforts que j'ai faits pour wine.

La décadence

Tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu'à à peu près il y a un an. Donc plus de six ans de félicité vidéoludique et BSDesque, avant la catastrophe.

Le symptôme était particulièrement clair dans Heroes of the Storm : la consommation mémoire du n'arrêtait pas d'augmenter après son lancement, jusqu'à un tout petit peu au dessus de 3000 Mio, et là la consommation augmente d'un coup à un tout peu en dessous de 4000 Mio, et dès qu'elle atteint 4 Gio, le jeu se termine brutalement faute de mémoire.

La limite n'est pas très surprenante, puisqu'il s'agit d'un fonctionnement en mode 32 bits, et que l'espace adressable dans ce mode est justement de 4 Gio. L'augmentation progressive de la consommation mémoire est moins claire, je n'ai pas pu déterminer s'il s'agit d'une consommation légitime, ou s'il y a une fuite mémoire par dessus. La consommation mémoire ne bouge que lors que le jeu a logiquement des choses à charger (nouvelle carte, nouveau type de personnage, etc), mais je ne saurais dire s'il manque des libérations au niveau du jeu, ou des drivers, ou d'ailleurs. Le saut brutal me dépasse complètement.

Au fil des versions de Heroes of the Storm, la vitesse de la consommation mémoire n'a cessé d'augmenter. Quand j'ai remarqué le problème, je pouvais faire quelques parties avant d'atteindre la limite fatidique. Ensuite pendant un temps le crash se produisait systématiquement pendant la deuxième partie, donc il fallait que je redémarre le jeu entre chaque partie. Je soupçonne que la période pendant laquelle le crash aurait eu lieu pendant la première partie correspondant à un moment où je n'ai pas joué à ce jeu, et puis il y a eu le patch qui a introduit le personnage Genji, dont l'animation d'introduction au lancement du jeu suffisait à dépasser la limite.

Je me suis bien battue pour essayer de comprendre ce qu'il se passait, pour trouver des solutions, en vain.

Si la consommation mémoire est légitime, il n'y a qu'un passage au mode 64 bits pour s'en sortir, et la route a l'air encore très longue avant que WoW64 ne soit fonctionnel sous FreeBSD. Si elle ne l'est pas, ce n'est probablement pas un problème dans le jeu (ça se verrait sous Windows), donc c'est dans le code colossal de Wine ou dans le code propriétaire des drivers graphiques, donc c'est clairement en dehors de ma portée.

So Much Penguin

Devant les problèmes de FreeBSD qui semblent insolubles, j'ai dû me résoudre à changer de système d'exploitation. J'ai sérieusement envisagé Windows, mais c'est tellement pénible de se le procurer, et la procédure d'installation sans lecteur optique n'avait pas l'air évidente du tout, alors je me suis lancée dans Linux.

J'ai choisi la distribution Fedora, parce que j'avais plus facilement accès à quelqu'un qui connait bien cette distribution, mais je n'ai pas l'impression que mes conclusions auraient été significativement différentes si j'en avais pris une autre.

Il est de fait que Heroes of the Storm fonctionne très bien, en mode 64 bits, en consommant 6 à 8 Gio de mémoire vive, tout va bien. Les autres jeux ont parfois demandé un minimum de bidouille, mais rien de bien plus méchant que suivre les étapes décrites dans l'AppDB.

Au fil des semaines j'ai quand même senti grandir mon insatisfaction sur le manque de maîtrise de ce système d'exploitation. Je ne vais pas lancer un troll sur SystemD, il y en a bien assez ailleurs, et de toute façon ça va bien plus loin que ça. Je veux bien que ce soit dans ses gènes d'être un assemblage de bric et de broc en attendant que le Vrai Noyau soit prêt, mais je trouve qu'il y a quand même un sérieux problème de gestion des cycles de vie logiciels à tous les niveaux.

Ça me fait un peu penser à l'administration française : les trucs qui pourrissent sur place pour qu'un minimum de gens s'en servent et qu'on puisse justifier de l'abandonner ou le remplacer, et en même temps la coexistence de micro-chapelles maintenues en vie mordicus par des gens trop attachés à leur position hiérarchique (ou une relation émotionnelle malsaine à leur outil, mais ça je n'en ai pas vu dans l'administration).

Et je ne suis pas la seule à arriver à ce genre de conclusion, des gens bien plus malins et bien plus mesurés que moi vont dans le même sens.

Si j'étais de plus en plus irritée par Linux, je devais bien reconnaître que ça marche assez bien, et la gratuité de l'écosystème permet d'essayer plus de choses sans se prendre la tête avec les licences et les ULLA EULA et tout le bazar corporate.

Enin, ça marche assez bien, jusqu'à ce que ça ne marche plus.

Au début du mois, coup sur coup, rien de ce que je voulais utiliser ne tombait en marche, même en y passant beaucoup de temps :

Avec tout ça, j'ai finalement basculé, et laissé une chance à Windows, comme ça, juste pour voir.

Une dose, un win

Autant mon retour à Linux m'avait déçue par rapport aux souvenirs que j'avais d'il y a dix ans, autant mon retour à Windows m'a positivement surprise par rapport aux souvenirs d'il y a plus de quinze ans.

Je n'ai eu à me battre que pour créer la clef USB bootable d'installation, mais en fait je me battais contre le préjugé que ça ne pouvais pas être aussi simple que juste copier l'arborescence du DVD directement sur la partition FAT32, sans autre manipulation, alors qu'en fait si. Il y a de l'authentique magie noire dans la séquence de boot…

Et ça juste marche. Mes jeux n'ont jamais été aussi beau, je n'ai jamais pu pousser les paramètres graphiques aussi loin, avec un GPU et un CPU qui restent étonnamment tièdes. C'est magique.

Alors évidemment, je dis ça à chaud, après moins d'un mois d'utilisation, je n'ai sans doute pas encore eu le temps de rencontrer ma première difficulté, et je n'ai pas encore vraiment regardé en quoi consistent exactement toutes ces histoires de télémétrie.

Mais je reste sidérée par l'évolution divergente de mes deux ex‐OS mais‐pas‐si‐ex‐que‐ça enfin‐c'est‐compliqué‐quoi.

Et je suis très inquiète de la réaction des gens plus philosophiquement engagés que moi. Vais-je me faire expulser manu militari hors de #gcu ? Quelle proportion de lectorat vais-je perdre par ce billet ?

Commentaires

1. Le vendredi 3 novembre 2017 à 12:02, par Head :

Pour ma part, après effectivement des frustrations grandissantes avec Wine, et ma volonté de garder du Linux en coeur, j'ai longtemps eu envie de faire dans l'hyperviseur, mais je trouvais ça overkill et ne reglait pas vraiment la question du "je veux mon browser avec mon Linux sur le 2nd écran".
J'ai finalement, en acceptant le fait que de toute façon, "le jeu c'est mort pour le libre, donc foutu pour foutu...", j'ai donné sa chance à VMWare player qui fait tourner un Windows avec accélération 3D via passthrough. Ben je pensais pas que ça marcherait aussi bien :o. Il manque encore le support DirectX 11 et 12, qui arrivera un jour. Mais je peux en tout cas théoriquement monitorer et filtrer le réseau du Windows, au cas où.
Paraît que kvm permet de faire la même chose, mais ce n'était pas assez "apt-get install & camarche" pour moi :) (je dis ça, j'ai quand même dû recompiler un module de VMWare le WE dernier parce que j'ai changé pour un noyau trop recent)

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 31 octobre 2017 à 22h25
  • État de la bête : passée du côté obscur
  • 1 commentaire
  • Tag : Évènement
  • Tag : Geek
  • Tag : Jeux

Derniers commentaires

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2017 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly