The Steerswoman (1 à 1), de Rosemary Kirstein

The Steerswoman est une série de livres fantastiques écrits par Rosemary Kirstein, qui raconte les aventures de l'héroïne éponyme. C'est un peu nul comme résumé en une phrase, mais je n'arrive pas à donner plus de détails sans donner beaucoup plus de détails.

J'ai entendu parler de cette série au hasard d'un tweet d'une personne dont j'amais bien le webcomic, dont une traduction personnelle approximative serait :

@rkirstein je n'arrive pas à croire que personne ne m'ait mis dans les mains la série The Steerswoman avant maintenant ; j'adore cette série et la bonté et l'attention que vous avez mises dans votre monde. Merci de m'avoir donné cette belle évasion pendant ces dernières semaines !

Ça m'a intriguée, et l'introduction à l'univers m'a conquise. Dans ce monde à tendance médiéval-fantastique, les steerswomen sont en quelque sorte des marchands ambulants d'informations, payées en informations : elles répondent honnêtement à toutes les questions qu'on leur pose, et si elles n'ont pas la réponse elles iront la chercher, et en contrepartie tout le monde doit répondre honnêtement à leurs questions, faute de quoi ils sont bannis de ce système.

Et en plus, les steerswomen ont un certain statut social, ce qui est un changement rafraîchissant par rapport à notre monde, dans lequel la connaissance est plutôt dévalorisée.

Rien que pour découvrir un monde dans lequel existe un tel système de diffusion d'informations, j'ai décidé d'acheter le premier tome.

En plus de ça, j'ai encore une certaine envie de découvrir des personnages qui sont plus portés sur la réflexion que sur l'action, même si je ne suis pas autant en manque qu'à l'époque où j'ai commencé les Key Scarpetta ou la trilogie Healer.

The Steerswoman (T. 1)

Ce premier tome est surtout consacré à la construction du monde et au développement des personnages principaux, même s'il y a bien une intrigue qui est lancée par des joyaux qui ont attisé la curiosité de Rowan, la Steerswoman éponyme.

Je me demande si je n'ai pas été un peu trop enthousiasmée par mes aprioris, parce que j'ai eu beaucoup de mal à accrocher au début de ce livre, et il y avait encore une certaine friction désagréable jusqu'à la fin du livre.

Et en y repensant ensuite, je n'arrive toujours pas à savoir si ça vient de moi, entre mes aprioris et une difficulté à se projeter dans un monde aussi pauvre en infrastructures (j'ai beaucoup plus d'affinité avec les univers qui ont un confort contemporain ou futuriste), ou si ça vient de l'écriture et de l'architecture de l'histoire.

Objectivement, l'histoire en elle-même est tellement bordélique qu'on dirait une tranche de vraie vie. Par exemple, on s'attend à voir apparaître rapidement tous les personnages principaux que l'on suit, et s'il y en a qui doivent mourir ou disparaître on s'attend à ce que soit proche de la fin ; pour ne pas divulgâcher je vais juste dire que ce n'est pas du tout le cas.

De la même façon, j'ai eu l'impression de voir une certaine progression dans l'intrigue, jusqu'à ce que je remarque que le niveau d'avancement dont j'avais l'intuition ne correspond pas du tout au niveau d'avancement dans la lecture du livre. Ensuite ça rebondit sauvagement, mais logiquement, et la fin du tome est bien une fin. C'est juste que le tas d'évènements dans ces pages n'est pas une histoire bien propre et bien ficelée, mais plus un chapitre d'une biographie aussi bordélique d'une vie réelle.

Tout ça pour dire que je ne reproche pas ce côté bordélique, j'aime plutôt bien les tranches de vie, mais je sais qu'il y a des gens qui sont sensibles à ce genre de choses.

Je crois que certains sont aussi mécontents du rythme de ce livre, parce que c'est vrai que l'intrigue n'avance pas très vite, aussi bien parce que le niveau technologique de cet univers fait que tout avance littéralement pas très vite, que parce que le livre laisse pas mal de place pour développer l'univers et les personnages. J'en suis ravie, mais ce n'est pas pour tout le monde.

Après avoir lu ce livre, j'avais l'impression que sa plus grande force était son univers, et j'ai effectivement adoré sa cohérence, l'impact de l'existence du système des Steerswomen, et surtout le système de magie dont on accumule les bribes au fur et à mesure de l'histoire.

Mais en y repensant ensuite, et en préparant l'écriture de ce texte, je me suis rendue compte de l'importance de la bonté et la thoughtfulness qui imprègnent les personnages avec lesquels on passe le plus de temps. De façon plus générale, j'aime beaucoup ces personnages, mais j'aime encore plus l'ambiance qu'ils font régner.

Et par cet aspect comme l'aspect « tranche de vie de gens qui font juste leur boulot », ce livre m'a rappelé The Long Way to a Small, Angry Planet. Si je n'étais pas aussi mal à l'aise dans leur monde, ou quand j'arrive à faire abstraction de ce malaise, je trouverais autant de « chocolat chaud littéraire » avec eux qu'avec l'équipage du Wayfarer (sans compter Sissix).

Bref, j'ai adoré ce livre, et je vais joyeusement continuer à lire cette série.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 6 février 2022 à 18h45
  • Critique de série de livres
    1. The Steerswoman
  • Pas de commentaire

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2022 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly