Journal d'une apprentie motarde, leçon n°1

Il semble qu'avant de pouvoir signer un contrat avec une moto-école, il soit obligatoire de passer par une « évaluation », au cours de laquelle est estimé le nombre d'heures de formation nécessaires pour obtenir le permis. En insistant oralement sur la qualité assez pauvre de cette estimation, car la progression réelle est difficile à prévoir.

C'est intéressant, parce que ça permet l'évaluation dans les deux sens, c'est-à-dire me permettre d'évaluer mon goût pour la moto et de commencer à sentir les relations avec la moto-école, sans m'engager financièrement ou moralement, et du coup en pouvant très facilement m'arrêter là. J'en ai profité jusqu'au bout, en faisant cette évaluation avec des protections prêtées par la moto-école.

Au niveau de la double évaluation, j'ai été plutôt déçue, car c'était plutôt pauvre comme démonstration de ce que je pourrais vivre avec un permis moto, en revanche c'était très bien comme première leçon pour apprendre.

Cela dit, c'est peut-être un peu méchant comme reproche, parce que je n'ai aucune idée de comment ça aurait pu se dérouler pour être un meilleur aperçu.

Concrètement, j'ai été passagère sur une moto 125 cm³ (Suzuki Van-Van) derrière le moniteur pour le trajet entre la moto-école et le plateau, et ensuite pour le retour ; et entre les deux, j'étais seule sur cette moto, à faire des tours du circuit.

Le premier exercice était le démarrage de la moto, qui ressemble beaucoup aux démarrages en côte en voiture : débrayer, passer la première, lâcher tout doucement l'embrayage jusqu'à atteindre le point de patinage, que l'on reconnait à la mise en mouvement de la moto (parce que comme il n'y a pas de pente, il n'y a pas besoin de freiner), puis accélérer en relâchant tout doucement l'embrayage.

Je ne me souvins plus exactement de la procédure pour s'arrêter, ni si on me l'a donnée explicitement, mais je coupais l'accélérateur pour bénéficier du frein moteur (paraît-il beaucoup plus fort en moto qu'en voiture), et une fois l'allure assez faible simplement serrer les deux poignées pour débrayer et freiner.

Pour une raison qui m'échappe encore, le point mort est très difficile à Passer sur cette moto, et la procédure infaillible était de couper le contact, et le remettre avant de manipuler le sélecteur de vitesse. Cela permettait de se trouver au point mort, moteur éteint, et de recommencer le cycle.

En sortant de cette séance d'évaluation j'avais l'impression de n'avoir pratiquement rien assimilé, mais avec le recul de l'écriture de cette entrée, je vois des progrès flagrants dans cette procédure, entre les calages et les pertes d'équilibre.

J'ai ensuite eu droit au deuxième exercice, monter et descendre les vitesses, et j'ai eu beaucoup de mal.

Pour monter les vitesses, il faut lever le sélecteur avec le pied gauche, ce qui se fait normalement avec la partie du pied juste derrière la base des orteils, mais plus d'une fois sur deux je n'avançais pas assez le pied et j'essayais de lever le sélecteur avec le gros orteil, et ça ne marche pas, je ne sais pas trop si c'est une question de force ou d'angle de l'articulation.

Pour rétrograder, en plus de manipuler accélérateur, embrayage, et sélecteur de vitesse, il faillait en plus toucher légèrement le frein avant, pour allumer le feu de stop et ainsi prévenir les gens derrière du ralentissement, même s'il n'est fait qu'au frein moteur (ce qui était toujours mon cas, vu mes allures cyclistes, genre 15 à 20 km/h au compteur). Autant dire que c'était trop à gérer en même temps et j'ai rétrogradé sans toucher au frein.

Et pour une raison obscure, j'ai eu beaucoup de mal à me faire au fait que les vitesses suivantes s'obtiennent vers haut et le rétrogradage vers le bas, il n'était pas rare que j'essaye de faire l'inverse, ce qui n'est pas très heureux.

Pendant ces exercices de changement de vitesse, le moniteur m'a fait la remarque que je ne suis pas assez douce avec l'embrayage, mais je n'ai honnêtement aucune perception de ce défaut, donc je ne sais pas trop quoi en faire.

Le verdict de cette évaluation était « 26 heures selon progression », et franchement, si j'y arrive en si peu de temps je serai super-contente. Vu d'ici, je ne serais pas surprise d'atteindre les 40 heures, mais en même temps je n'y connais rien en progression de la préparation au permis moto, et je suis notoirement mauvaise en auto-évaluation.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 14 avril 2019 à 17h38
  • Pas de commentaire

Journal d'une apprentie motarde

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2019 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly