Fever (1 à 2), de Karen Marie Moning

Fever est une série de livres de Karen Marie Moning, qui raconte la trame classique de fantastique urbain où les fées se sont infiltrées dans notre réalité pour la conquérir, et les héros font partie des rares humains à les voir et à pouvoir les arrêter.

J'ai découvert cette série dans les commentaires sous un article intitulé Who needs a plot when you have Chapter 32, que je traduirais par « qui a besoin d'une intrigue quand on a un Chapitre 32 ? ».

Le chapitre 32 en question est celui de One Foot in the Grave, qui est une immense scène de sexe (très) explicite, et qui semble avoir marqué les internets comme étant plus mémorable que l'intrigue du livre. D'ailleurs l'intrigue se passe assez bien dudit chapitre, il ne sert qu'à punir bruyamment l'ex du vampire du couple principal.

Bref, je n'ai pas honte d'avouer que cette série est arrive dans ma liste de lecture pour son caractère érotique, parce quoiqu'en pensent les autres, j'ai besoin d'une bonne intrigue pour me projeter dans les personnages et apprécier pleinement leurs ébats.

Du coup le premier tome est resté un bon bout de temps dans ma pile « à lire », parce qu'avant les bouleversements récents la majorité de mon temps de lecture étant dans les transports en commun et les salles d'attente, alors que je préfère lire ce genre de scènes dans un environnement plus familier.

Autant dire tout de suite que le premier tome va être une déception à ce niveau…

Darkfever (T. 1)

J'ai eu beaucoup de mal avec le début de ce premier tome, et ce n'est qu'après plusieurs faux départs que j'ai pu trouver la force d'aller jusqu'au bout de ce passage pénible.

Globalement, l'héroïne narratrice est très girly, et même si je n'ai normalement pas de problème avec cette caractéristique, elle pousse le « jeune, jolie, et stupide » à un point que je trouve difficilement supportable.

Pour compenser ça, il y a une richesse dans l'univers décrit qui me plaît beaucoup, suffisamment pour me donner envie de continuer ma lecture malgré ce personnage. La période difficile au début du livre est sa vie dans le monde normal, avant que le surnaturel surgisse dans sa vie.

Les commentaires sur la page GoodReads me semblent très polarisés : certains ne supportent pas les personnages et détestent le livre en conséquence, alors que les autres adorent. Il semble qu'il y ait la même polarisation avec les autres personnages importants, comme Barrons et V'lane, des gens les adorent et d'autres les détestent, et ce jugement est aligné sur celui du livre ne général.

Je suis dans le no man's land entre les deux : je n'aime pas du tout le côté Barbie et le côté TSTL de l'héroïne, ni la personnalité de Barrons, ni les soudaines compétences guerrières de l'héroïne, mais j'arrive à tolérer ces défauts pour visiter l'univers surnaturel que ce livre propose.

Comme dit en introduction, ce livre est arrivé sur ma pile « à lire » pour les scènes de sexe de la série, mais ce tome n'offre rien à ce niveau. Il y a bien quelques passages osés, qui ne passeraient pas dans un livre à destination d'un public jeune, mais pas de relation ni de plaisir.

Mon verdict est donc mitigé, mais il y a suffisamment de positif pour que je continue au moins pour le tome suivant. J'imagine que la découverte du monde finira par s'essouffler, mais peut-être qu'entretemps les personnages vont évoluer, et peut-être que l'intrigue générale suffira à porter la série.

Bloodfever (T. 2)

Ce deuxième tome continue l'histoire du premier, et je trouve qu'ils manquent un peu d'identité. Contrairement à d'autres séries, où chaque tome contient un arc clair et dédié, ce tome-ci me donne l'impression que continuer un arc général encore inachevé.

J'aime beaucoup l'évolution de Mac, même si je reste mitigée envers ce personnage aussi bien avant qu'après cette évolution. J'ai été particulièrement amusée par le tome qui s'ouvre sur un « j'ai beaucoup changé » promptement suivi par des actions qui démontrent le contraire.

Je reste d'ailleurs aussi mitigée envers les autres personnages de cette série, contrairement à certaines personnes qui adorent Barrons. Et même temps, ce n'est pas si mal d'être confrontée à monde dans lequel il n'y a personne que j'aime particulièrement, ça permet de s'attacher plus au monde lui-même.

Et le développement du monde reste ma première motivation pour continuer la lecture de cette série. J'ai l'habitude de deuxièmes tomes plus légers en construction du monde, pour laisser la place au développement des personnages ou de l'intrigue ; alors que j'ai ressenti dans ce tome à peu près autant d'exposition que dans le précédent (sans chercher à mesurer à quel point ce ressenti est justifié).

J'aime particulièrement le fait que chaque nouvel élément apporte plus inconnu et de questions que de compréhension et de réponses. J'imagine que cet effet peut devenir lassant, mais pour l'instant il continue de titiller ma curiosité, en me donnant l'impression d'avoir encore beaucoup de choses à explorer. Il y a un certain équilibre à trouver pour ne avoir l'impression que ça part dans tous les sens dans un chaos inintéressant, et pour l'instant ça reste assez cohérent et maîtrisé pour mon goût, tout en gardant la promesse que le tome suivant puisse faire de même.

Certains ont remarqué une montée de la tension sexuelle entre Mac et Barrons dans ce livre, et rétrospectivement je suis d'accord, mais pendant la lecture ça ne m'avait pas vraiment marquée. Cette série était arrivée dans ma pile « à lire » pour son érotisme, mais je n'ai encore rien croisé qui me fasse réagir à ce niveau, il n'y a vraiment que ma curiosité qui soit titillée.

Donc comme le tome précédent, mon intérêt pour cette série est uniquement mû par le développement du monde, et ça reste largement assez fort pour me faire continuer. Il reste possible qu'au fil de la série je finisse par accrocher aux personnages ou à l'intrigue, même si ce n'est pas encore le cas.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 5 septembre 2020 à 13h11
  • Critique de série de livres
    1. Darkfever
    2. Bloodfever
  • Pas de commentaire

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2022 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly