Nouvelles pourries

Je ne voulais faire de tag Noir sur ce weblog, quitte à ne rien mettre à la place, pour éviter que ça occupe une place trop grande sur ce site, et que je me fasse du coup cataloguer comme étant une personne négative, alors que ce n'est que le résultat d'évènements passagers. Finalement je fais quand même cette entrée qui inaugure le tag, pour donner des nouvelles à ceux que ça intéresse.

Je ne vais pas décrire à quel point tout n'est que noir autour de moi, ça ferait une entrée trop longue et ennuyeuse. Hier j'ai entendu Michel Berger, qui a dit qu'il veut chanter pour moi, et ça m'a donnée l'idée de présenter tout ça sous forme d'un pot-pourri de paroles de chanson qui décrivent en gros où j'en suis (en les sortant au besoin de leur contexte). Ça passe toujours mieux en musique.

You're welcome to my world Dark side of the universe I'll take you for a spin Let the mayhem begin

Something wrong with all the plans of my life I didn't realize that you've been here

I feel all black inside like coal I wonder if you know

Et même l'enfer c'est pas grand chose À côté d'être seule sur terre

La même nuit que la nuit d'avant Les mêmes endroits deux fois trop grands T'avances comme dans des couloirs Tu t'arranges pour éviter les miroirs Mais ça continue encore et encore C'est que le début d'accord, d'accord…

A darkness grows inside me in fading shades of gray All the colors of the world are slowly sucked away I'm sinking ever deeper to a place that's cold and black

Don't be unkind you'll come undone You're still a child at 21 So go ahead, find someone Who really needs you

In the far, twilight awaits Opens up to embrace

I couldn't know if I... if I will be strong enough for this I have to choose, do I want to live here?

P'tite conne c'est oublier que toi T'étais là pour personne Et qu' personne était là

I can't fight this on my own So now, my mind has become The darkest place I have ever known

I'm pulled down by the undertow, I never thought I could feel so low, And, oh, darkness, I feel like letting go.

All the light in the world today Won't lignt up the night into which I walk away

I can't believe my luck is bleeding My demons refuse to let me go The light in the tunnel I see is fading My fire of life is burning low

Elle fout toute sa vie en l'air Et toute sa vie c'est pas grand chose Qu'est-ce qu'elle aurait bien pu faire À part rêver seule dans son lit Le soir entre ses draps roses

Y a des couples qui se défont Sur les lames de ton plafond C'est toujours le même film qui passe T'es toute seule au fond de l'espace T'as personne devant… personne

Et maintenant, le grand jeu-concours, avec un natpoint à la clé. Quels sont les titres et les auteurs des chansons que vous avez pu identifier dans tout ça sans outil informatique ?

Commentaires

1. Le samedi 25 avril 2009 à 21:25, par Cinn :

Moi j'aurais bien aimé savoir ce que c'était, ces "évènements passagers"... pour comprendre un peu mieux.

2. Le dimanche 26 avril 2009 à 11:02, par Natacha :

L'expression « évènements passagers » n'était effectivement peut-être pas très heureuse (en fait là je ne suis pas sûre que ça veuille vraiment dire quelque chose).

Ce que je voulais dire, c'est que je me suis trop souvent vue prise pour une personne négative, ou dépressive, ou incapable d'être joyeuse, ou qui se complait dans sa noirceur, voire pour une personne qui cherche à se faire plaindre, ou qui cherche activement tous les prétextes pour être malheureuse, ou qui est coincée dans un délire négatif.

Alors qu'en réalité, le noir que je subis et que je communique occasionnellement n'a rien à voir avec ce que je suis, c'est juste la situation dans laquelle je suis, où la solitude et l'isolement me dévorent. Je pense qu'on serait légitimiment noyée dans le noir pour moins que ça. Ceux qui se souviennent de moi en août 2007 savent à quel point le noir n'est pas dans ma nature ; j'ai juste la désagréable impression d'être la seule dont la mémoire aille aussi loin.

Donc tout ça, c'est ce que je désignais maladroitement par « évènements », et c'est « passager » parce que cette situation qui est à l'origine de mon noir ne peut pas durer. Dans un avenir relativement proche, ça va se terminer, dans un sens ou dans l'autre.

Et ce n'est pas sans une certaine déception que je compte les gens qui m'ont abandonnée pendant ce temps et qui ne sauront donc jamais à quel point ils ont eu tort de me croire irrémédiablement et intrinsèquement négative.

3. Le dimanche 26 avril 2009 à 12:26, par Cédric :

J'ai reconnu Francis Cabrel \o/

4. Le dimanche 26 avril 2009 à 17:45, par W :

La groupie du pianiste, et donc, avec outil informatique (j'ai vraiment aucune culture musicale), Michel Berger.

5. Le dimanche 26 avril 2009 à 20:22, par Roman Age :

Un peu tard, mais j'ai reconnu:
- La groupie du Pianiste: Michel Berger
- Encore et Encore: Francis Cabrel (d'ailleurs j'avais completement oublie cette chanson)

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 25 avril 2009 à 17h14
  • État de la bête : entame la roche
  • 5 commentaire(s)
  • Tag : Humeur

Derniers commentaires

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2017 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly