Black out contre HADOPI

Ça commence à faire depuis un bon moment que la situation légale de ce qu'il se passe sur internet devient de plus en plus pourrie en France. Bientôt la « loi HADOPI » ou « loi Création et Internet » ou « loi Olivennes » va passer devant l'Assemblée Nationale.

La Quadrature du Net semble penser qu'il est possible en France de faire comme en Nouvelle-Zélande, où une loi similaire a été abandonnée suite à une mobilisation sous forme d'un « black-out », et appelle à faire la même chose chez nous. Comme vous pouvez le voir sur le thème mon site (ou pas, si vous lisez cet article par le flux ATOM), j'ai répondu à cet appel.

J'avoue que je ne suis pas sûre d'avoir bien compris ce qu'ils appellent « black-out ». J'ai changé rapidement les couleurs du thème pour avoir une dominante de noir, et j'ai ajouté leur bannière en haut de chaque page. Ça a l'air d'être ce qu'ils demandent.

Peut-être que l'idée de base est de fermer complètement le site, en le remplaçant par une page qui explique ce qu'il est en train de se passer ; ça se rapprocherait beaucoup plus de la notion que j'ai d'un black-out. Alors la forme décrite dans le paragraphe précédent serait une « version allégée » pour les gens qui voudraient que leur contenu reste accessible.

De toute façon, je ne me fais pas d'illusions, mon action n'aura aucun impact. Avec une dizaine de visiteurs par jour, je ne suis même pas sûre qu'il y en ait un seul qui comprenne vraiment pourquoi les couleurs du site on changé.

D'un autre côté, vu le peu d'investissement personnel que ça a demandé, il suffirait que je sensibilise une seule personne à la véritable horreur législative qui est en train de montrer son nez.

Cela dit, me traitera de cynique qui voudra, je ne crois pas une seule seconde que cette mobilisation, fût-elle massive, ait la moindre chance de convaincre notre gouvernement. Ça ne me paraît pas impossible que les députés soient touchés, et que le bilan net d'une telle mobilisation ne soit pas nul, mais franchement, je ne parierais pas là dessus. À mon avis, c'est déjà mort, il faut se tourner dès maintenant vers le cryptage fort, et envisager de s'installer à l'étranger dans les années qui viennent. Désolée pour ceux pour qui c'est impossible.

Si ça vous intéresse, la Quadrature du Net a rassemblé un dossier sur cette loi. Si vous avez des questions techniques auquelles je pourrais répondre, je ferai volontiers de mon mieux pour vous donner des explications accessibles.

Commentaires

1. Le jeudi 26 février 2009 à 0:35, par W :

"même pas sûre qu'il y en ait un seul qui comprenne vraiment" > c'est presque prétentieux ça... bon, il y en a au moins un. Par contre, je pense que je ne compte pas comme "personne sensibilisée", même si je n'étais pas au courant de l'appel au black-out.

Je pense aussi que ce qu'ils demandent, c'est juste un changement de couleurs.

Ce qui est con avec le chiffrement, c'est que ce n'est pas une solution miracle : ça peut très bien marcher pour contourner un filtrage depuis chez soi, mais que ça n'est pas d'une grande utilité contre la minitélisation des hotspots ou pour les zombies qui ne pourront pas prouver leur bonne foi :-(

2. Le jeudi 26 février 2009 à 0:45, par _FrnchFrgg_ :

Si le gouvernement écoute autant le monde du net que le monde de l'éducation et de la recherche, ou autant que les guadeloupéens, on peut se pignoler jusqu'à ce que mort s'ensuive, et HADOPI n'aura pas dévié d'un iota.

3. Le jeudi 26 février 2009 à 9:43, par Keeh :

Bah, sous Louis XVI on était à la pointe du progrès dans le domaine des dirigeants qui n'écoutent pas.
Ceci dit faudra bien que les pirates payent aussi un jour.

4. Le jeudi 26 février 2009 à 10:06, par Natacha :

W , c'est vrai que maintenant que je la relis, cette phrase a l'air assez prétencieuse, ce qui n'est pas du tout ce que je pensais… Il y a certainement du lectorat ici qui comprend ces enjeux, comme toi ou _FrnchFrgg_ ou des gens de #freebsd-fr s'il y en reste (on peut toujours rêver), mais je croyais qu'ils seraient déjà au courant sans moi (manifestement j'avais tort, au moins pour toi).

Cela dit, le fond de ma pensée en écrivant cette phrase, c'est que la plupart des gens n'ont aucune idée des enjeux de cette loi. La plupart des gens croient les âneries des journalistes. La plupart des gens ne font pas la différence entre open-source et gratuit avec un popup récurrent qui rappelle de donner des soussous à l'auteur si on aime le soft. La plupart des gens ne verront aucun problème à la liste blanche des wifi publics. Et à mon avis il y a une bonne partie de mon lectorat qui fait partie de la plupart des gens. En tout cas une écrasante majorité de mon ancien lectorat en faisait partie, mais j'ai la triste impression qu'ils ne m'ont pas suivie ici (en même temps je ne peux pas leur en vouloir, vu la qualité de ces pages…).

Quant au chiffrement, ce n'est effectivement qu'une solution partielle. On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a.

_FrnchFrgg_ , ça fait effectivement partie des raisons qui me font penser qu'il n'y a pas d'espoir du côté du gouvernement. Il me semble que le principe de séparation des pouvoirs fait que les députés ont le pouvoir de mettre ce texte à la poubelle, c'est pourquoi ça ne me paraissait « pas impossible » qu'on s'en sorte par là. Mais en même temps, vu comment son la plupart des gens, il n'y a pas vraiment d'enjeu électoral, alors qu'il y a l'enjeu politique de plaire à notre Président Absolu, c'est pour ça que je n'y crois pas trop.

Keeh , je suis tout-à-fait d'accord. Il faut que les pirates, comme tous les preneurs d'otages, payent. Ce n'est pas parce qu'ils ont lieu en mer que des actes aussi inhumains peuvent rester impunis.

5. Le jeudi 26 février 2009 à 11:36, par Keeh :

Finalement, même si "Lobby du disque" ça fait petit joueur par rapport à "Lobby des armes à feu", c'est tout aussi efficace.

6. Le dimanche 1er mars 2009 à 15:44, par RomanAge :

Dans un billet comme celui-là, j'aurais voulu que tu développes un peu, tu parles d'"horreur législative", mais tu n'expliques pas le fond de ta pensée, les raisons qui te font prendre cette position. Tu pourrais même parvenir à influencer certaines personnes...

7. Le lundi 2 mars 2009 à 11:20, par Natacha :

La principale raison pour laquelle je ne développe pas, ce que je n'ai pas vraiment d'argument à moi. Je n'ai aucune information de première main, et j'ai l'impression mes arguments viennent tous directement ou indirectement de la Quadrature du Net, dont j'ai donné le lien pour ne pas ajouter un maillon supplémentaire à une chaîne d'autant moins fiable qu'elle est longue.

Bref, ajouter ce que je pense à ce billet me semble être d'un intérêt limité. À l'inverse, le billet de Maître Eolas sur la question [http://maitre-eolas.fr/2009/02/27/1329-pas-de-blackout-chez-eolas] est réfléchi et argumenté avec une réflexion originale et personnelle. Je fais probablement partie des moutons qui poussent des cris d'orfraie dont il parle.

Cela étant, pour le principe, je vais quand même développer ce qui me dérange dans ce projet de loi, mais n'oubliez pas que je réfléchis à partir d'informations de source non-objective.

Ce qui m'embête le plus dans ce projet de loi, c'est la création d'une entité administrative qui sanctionne sur dénonciations sans preuve d'organismes privés. Absolument aucune trace du pouvoir judiciaire dans cette histoire, qui sont pourtant les seuls à pouvoir interpréter la loi (par définition). Les moyens de recours en cas d'erreur sont plus-que-douteux.

En plus, ces entités administrative et privées vont coûter cher. Du coup elles vont avoir besoin de justifier leur propre existence, c'est-à-dire de faire du chiffre. Or cette loi ne vise que le peer-to-peer de base, qui va fatalement être abandonné lorsqu'il deviendra trop dangereux (comme dans une « course à l'armement »), et comme la solidité (ou même l'existence) des preuves n'était déjà pas importante au lancement, il est facile d'imaginer où ça va mener…

À ça s'ajoutent encore des inepties comme la création du délit de se faire hacker sa connexion (avec cette loi, chacun serait tenu de faire en sorte que sa connexion soit sécurisée) ou la restriction des protocoles et des sites utilisables sur les wifi publics.

Cela étant, j'ai la franchise d'avouer qu'une raison qui a eu pas de mal de poids dans ma décision de me joindre à cette contestation, est que ça ne me coûte rien et ça n'engage à rien : il ne s'agit que de la modification de quelques lignes de CSS et de HTML dans mon template, avec une portée aussi pathétique que la taille de mon lectorat.

S'il était question d'actions plus grosses, genre aller défiler dans la rue ou renoncer à des jours de salaire, ou si les conséquences étaient plus importantes, genre risquer d'entretenir le FUD devant des milliers de visiteurs, j'aurais beaucoup plus travaillé le sujet avant de prendre position.

8. Le mardi 3 mars 2009 à 2:37, par Roman Age :

Oups, je t'ai presque fait écrire un article entier, mine de rien!
En tout cas merci.


Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

Weblog

Derniers commentaires

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2016 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly