/leave II

Telle le reflux des marées, l'histoire inlassablement se répète. Mais pour éviter que ce soit vraiment trop monotone, elle introduit quand même quelques subtiles variations.

Contrairement à la denirère fois, personne ne s'est foutu de ma gueule dans mon dos. Ou du moins, ceux qui l'ont fait l'ont fait sans que je le remarque, c'est le principal. Cette fois-ci, ils se sont foutus publiquement de ma gueule, et ils m'ont publiquement humiliée.

Je me demande si je comprendrai un jour l'intérêt de ce genre de comportement. Qu'est-ce ça apporte de s'attaquer comme ça sauvagement (mais verbalement) à quelqu'un, sans avoir été provoqué, et en fait sans que j'arrive à y trouver la moindre cause rationnelle ? Est-ce ça satisfait leurs besoins masculins de domination ? Ou bien est-ce que c'est une forme de vengeance pour quelque chose qui ne me vient pas à l'esprit ? Enfin, peu importe, on n'a qu'à mettre ces questions dans la catégorie des pourquoi. Je n'ai jamais eu de réponse satisfaisante à mes questions en pourquoi

Mais bon, après tout, ce ne sont que des mots. Il me semble qu'habituellement je n'aurais pas spécialement réagi. J'aurais laissé couler ça comme la bave du crapaud sur le plumage hydrophobe du vilain petit canard. D'ailleurs j'ai peut-être déjà subi des assauts de ce genre, qui serais passés sans marquer ma mémoire (mais là je ne me sens pas de reprendre le log pour vérifier si c'est le cas ou non).

Le problème, c'est qu'il y a quelques sujets sur lesquels je suis hypersensible ; ceux qui me connaissent ou qui ont suivi un minimum mon weblog précédent savent lesquels. Et là, ils sont tombés en plein dedans. Je n'ai pas pu le laisser passer. J'ai juste fondu en larmes.

On pourrait à ce stade objecter qu'ils n'étaient pas censés savoir qu'ils martelaient juste là où il ne faut pas. Sauf qu'une fois que je leur ai dit, ils ont continué, j'imagine en connaissance de cause. Je ne vois pas ce que j'aurais pu faire d'autre qu'un /leave pour limiter les dégâts.

J'aimais bien #freebsd-fr, j'y ai passé de bons moments, et il y a des gens très bien là bas. Et surtout, j'y ai appris beaucoup de choses très utiles, et j'y ai reçu une aide très précieuse pour mes problèmes compliqués. Mais voilà, tout ce bien ne suffit pas à compenser toute la souffrance que ça me fait traverser.

Je ne sais pas encore si je vais du même coup lâcher FreeBSD pour revenir à un Linux, ou si je vais essayer de m'ensortir toute seule avec FreeBSD, ou si je vais chercher ailleurs une aide moins dangereuse.

Je ne sais pas encore non plus si je vais abandonner en même temps mon rapprochement avec l'association BSD France ou si je vais garder le contact avec eux.

Commentaires

1. Le dimanche 29 mars 2009 à 19:36, par Anna :

Tu vas nous manquer, Natacha.

2. Le lundi 30 mars 2009 à 8:33, par Natacha :

C'est réciproque : beaucoup de gens et de conversations de ce chan' vont me manquer. Mais ça ne pèse pas bien lourd devant les trois jours de larmes que je viens de passer.

Je n'ai pas réussi à t'identifier… étais-tu sur ce chan' sous un autre pseudonyme ?

3. Le dimanche 5 avril 2009 à 18:15, par gnoMii :

Salut,

je ne sais pas pourquoi t'es partie du chan, mais soit, ta décision ne te revient à toi seule. Bonne continuation.

Juste dire que ton ipv6 merde, j'ai du obliger firefox à passer ton site en ipv4. (Je suis sur que mon ipv6 marche)

A bientot peut etre.

gnoMii

4. Le lundi 6 avril 2009 à 12:18, par Natacha :

Je suis plutôt désolée que ni mes explications ni ma connectivité IPv6 ne soient à ton goût.

Je suis sûre que mon IPv6 marche, d'après mes logs j'ai eu plusieurs visites en IPv6 qui se sont très bien passées. J'imagine donc que chacun va camper stérilement sur ses positions au lieu d'essayer de diagnostiquer constructivement ce qui peut être à l'origine du souci.

Vu d'ici, une IPv6 dans le même /96 que ton IP sur IRC, que je vais dans la suite supposer être la tienne, a chargé plusieurs fois ma page d'accueil. Toujours vu d'ici, ce transfert s'est bien passé, mais il n'y a pas eu les requêtes qui devraient suivre logiquement (feuille de style et images).

Je n'ai aucune connectivité IPv6 en dehors de mon serveur, donc je n'ai aucun moyen de tester. Je vais supprimer le champ AAAA du DNS, et rejoindre le groupe d'attentistes qui ne se lanceront dans l'IPv6 qu'une fois que quelqu'un d'autre l'aura démocratisée.

5. Le mardi 7 avril 2009 à 17:55, par monsieurp :

Tu es au courant de la fonction /ignore sur irssi ?..

Apparemment, non. Un petit /help ignore te permettra dans savoir plus. Dommage pour toi de partir d'IRC à cause d'un TOUT PETIT problème.

6. Le mardi 7 avril 2009 à 18:09, par Natacha :

Et pourtant, si.

Pour une personne qui m'embête, c'est effectivement la solution. Quand une proportion significative du chan' s'y met, ça devient fastidieux. Après tout, /leave, c'est juste un /ignore sur l'ensemble des occupants du chan'.

Je me rends compte que je n'ai pas évoqué dans ce billet ma première réaction : partir AFK. C'est moins délétère de que /leave, et une fois la fenêtre purgée de toute ligne à laquelle je suis hypersensible je pourrais sereinement revenir.

Malheureusement, je suis revenue trop tôt. Je ne suis pas sûre que tu imagines à quel point ça m'a fait mal rien que de regarder les quelques lignes pour évaluer la situation en revenant d'AFK ; mais j'aurais dû endurer ces lignes encore plus longtemps pour analyser qui est présent et les /ignorer.

De plus, et c'est ce qui m'inquiète le plus, personne n'est intervenu pendant ce drame. Tout simplement parce qu'il n'y a pas eu de drame, sauf à mes yeux. Ce qu'il s'est passé était tout-à-fait normal. Et les gens avec qui j'ai parlé par la suite me l'ont confirmé. Si c'est normal, ça veut dire que ça peut se reproduire n'importe quand, avec n'importe quels autres intervenants (donc pas moyen de faire un /ignore préventif). Ça veut dire qu'en revenant sur ce chan, je prends le risque d'être de nouveau confrontée à quelque chose qui va encore me faire pleurer pendant trois jours. Vu d'ici, ça n'a pas l'air si TOUT PETIT que ça…

8. Le mercredi 8 avril 2009 à 2:10, par W :

J'aimerais remettre en question ce que tu considères comme une évidence : le fait qu'on t'aie attaquée (violemment ou non, et que ce soit normal ou non, ce n'est pas la question). Les propos qui t'ont été tenus me semblent, au moins en grande partie, des réponses du tac au tac aux tiens dans un but purement humoristique, de la forme sans aucun fond supposée être reconnue comme telle et ignorée (sauf dans un but de surenchère) par le destinataire apparent. En quelque sorte une forme plus développée de l'humour à base d'allusions abrégées à une certaine partie masculine du corps, que si tu n'apprécies pas tu peux au moins appréhender en lisant quelques pages de BashFr.

Ensuite, il est possible qu'en cherchant simplement à plaisanter, quelqu'un touche un point sensible concernant ta relation avec ton ex' ou n'importe quel sujet délicat. J'avoue que je comprends que ça n'ai pas sauté aux yeux de tout le monde, même avec ton avertissement qui n'était pas vraiment du style "/!\ Ça me fait mal ce que vous dites /!\". Des évidences IRL peuvent passer complètement inaperçues en monospace blanc sur fond noir, ça n'implique aucune sorte de méchanceté.

Si une forme d'humour qui est monnaie courante sur un chan' peut t'amener à penser à des choses que tu préfèrerais éviter, alors un /leave est une option raisonnable. Mais il n'y a dans ce cas pas de quoi s'en vouloir d'un côté comme de l'autre, pas de question en "Pourquoi" qui tienne, et pas de conclusion à en tirer concernant ton aptitude à "être avec des gens" en général comme ton premier article "/leave" le laissait entendre.

9. Le mardi 12 mai 2009 à 21:46, par David :

Laisse, s'ils parlent con dans le dos c'est parce que ce sont rien de plus que d'hypocrite comme la plupart du peuple français. Je pensais que leur maturité était plus élevée que ça mais il faut croire que non…

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 29 mars 2009 à 14h22
  • État de la bête : désabusée
  • Musique : Kosheen – Damage
  • 9 commentaire(s)
  • Tag : Geek
  • Tag : Social

Derniers commentaires

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2017 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly