Georgina Kincaid (1 à 4), de Richelle Mead

Georgina Kincaid est une série de livres de fantastique urbain contemporain écrite par Richelle Mead, qui raconte les aventures du personnage éponyme, qui est une succube.

Succubus Blues (T. 1)

Succubus Blues, publié en français sous le même titre, est le premier tome de la série des aventures de Georgina Kincaid, la succube dont parle le titre.

Cette série est encore un conseil de ma sœur, alors qu'il était question de scènes de sexe bien écrites. Contrairement à ce que pourrait laisser penser le choix d'une succube comme personnage principale, il ne s'agit pas d'une accumulation de ce genre de scènes. Elles y sont mêmes plus rares que dans Storm Born de la même auteure ou que dans les Vampire Huntress de Jeaniene Frost.

Parce que même si Georgina Kincaid est une succube, et se nourrit de l'énergie vitale des hommes avec lesquelles elle a une activité sexuelles, elle n'est pas super enthousiaste. Surtout lorsque les hommes en question sont des gens bien, voire dont elle serait amoureuse.

J'ai beaucoup aimé le choix d'une succube, c'est un changement rafraîchissant des êtres surnaturels habituels, comme les vampires.

J'adore aussi les retournements de manichéisme, cette série les accumule. Il y a déjà la succube qui n'aime pas faire du mal aux gens bien, quitte à être mal vu du démon local qui la supervise. Il y a aussi toutes ses fréquentations démoniaques, qui sont présentées de façon très sympathique : des êtres certes surnaturels, mais très humains, et pas vraiment méchants. Pour couronner le tout, l'ange local qui s'entend bien avec le démon local et ses sbires.

Je rejoins aussi les critiques que j'ai lues sur la sympathie pour le personnage principal : elle est surnaturelle, mais tellement proche par ses problèmes quotidiens et ses décisions malheureuses.

Par contre, pour une raison obscure, je n'arrive pas à me projeter dans cette histoire au point d'en faire une drogue littéraire. J'aime beaucoup l'histoire, mais sans plus.

Je me demande si ce ne serait pas dû aux jeux de qualités et de défauts du personnage principal, qui bien qu'intéressants seraient trop différents des miens pour me projeter complètement dedans. Les super‐pouvoirs de succube contiennent beaucoup de compétences sociales nécessaires à la séduction qui me manquent trop cruellement.

J'ai aussi eu du mal à rentrer dans l'histoire pendant une bonne première partie parce que tout le bestiaire local nous est jeté à la figure sans présentation : succube, vampires, diablotin, démon, ange, gardien, etc. C'est normal de ne pas présenter ce qui est subjectivement son cercle social habituel, mais ça m'a mise mal à l'aise de ne pas avoir les conséquences de ce appellations.

Malgré ça, j'ai tellement aimé l'histoire, les personnages, l'humour, la façon d'écrire, et la construction capable de rendre intéressants ces personnages aux super‐pouvoirs finalement assez limités, que j'ai bien envie de continuer la série.

Succubus On Top (T. 2)

Succubus on Top, publié en français sous le titre Succubus Night (comme en Angleterre), est le deuxième tome de la série des aventures de Georgina Kincaid, après Succubus Blues

Ce tome mêle les ennuis dans la vie humaine de Georgina, avec les sautes d'humeur de son ami et collègue Doug, dans sa vie infernale, avec un incube qui a besoin d'aide pour un très coup, et dans sa vie amoureuse, avec les arrangements pratiques pour essayer de faire marcher sa relation avec Seth sans souffrir des superpouvoirs de succube.

J'ai beaucoup aimé ce livre, nettement plus que Succubus Blues.

Une des raisons est que j'ai trouvé l'héroïne et l'histoire plus « surnaturelles », dans le sens où les différents développements sont moins centrés autour de la séduction et des aptitudes sociales de l'héroïne, mais plus autour de ces superpouvoirs et de sa position vis-à-vis des autres êtres immortels. Et j'arrive plus facilement à projeter dans un personnage qui a des superpouvoirs que je n'ai pas que dans un personnage qui a des capacités humaines que je n'ai pas et qui me manquent cruellement.

Il y a probablement aussi le développement de la relation amoureuse de l'héroïne, qui résonne tellement avec ce que je vis que je m'y projette (peut-être même trop) facilement.

Enfin ce tome m'a marquée par la fluidité avec laquelle les évènements du tome précédent sont rappelés. Je n'y avais jamais fait attention par le passé, et je ne sais pas trop pourquoi ici en particulier je l'ai remarqué, mais j'ai trouvé ça très bien fait. Assez détaillé (il me semble) pour comprendre ce qu'il se passe dans ce livre sans avoir lu précédent, assez rapide pour ne pas gêner ceux qui l'ont lu, et surtout assez bien intégré dans l'histoire pour je ne me rende compte qu'il s'agit d'un résumé que parce que je connais l'épisode précédent.

Bref, j'accroche de plus en plus à cette série, et je me sens bien partie pour continuer.

Succubus Dreams (T. 3)

Succubus Dreams, publié en français sous le même titre, est le troisième tome de la série des aventures de Georgina Kincaid, après Succubus on Top.

Ce tome est majoritairement tourné vers la vie surnaturelle de Georgina, qui doit gérer une apprenti‐-succube pas très douée et des rêves très clairs qui la laissent vidée de son énergie.

Cette critique évoque des éléments‐clefs de l'intrigue (spoilers).

Il me semble que mon impression générale de ce tome est très proche de celle de Succubus on Top, avec le surnaturel assez présent pour que je me projette facilement dans l'héroïne, et l'univers assez bien défini pour y être à l'aise.

Mais en fait, je n'en ai pas de souvenirs très précis, parce que j'ai un peu tardé à rédiger cette critique et qu'il y a un évènement majeur qui se produit vers la fin de ce tome et qui est tellement puissant qu'il éclipse tout le reste de l'histoire.

Cet évènement est en rapport avec la vie amoureuse de l'héroïne. Or il y a dans cette vie amoureuse beaucoup d'éléments qui sont extrêmement proches de ce que j'ai vécu moi-même, ce qui facilite la projection. Du coup, lorsque cet évènement se produit, avec des pans entiers de dialogues que j'aurais pu vivre en vrai mot pour mot, ben ça fait un effet extrêmement fort.

En général, j'aime beaucoup un livre capable de me happer comme ça, de me submerger aussi violemment. Le problème, c'est qu'en revenant à la réalité, j'emmène avec moi cet état émotionnel. État qui en l'occurrence n'est pas super positif. Dont il m'a fallu quelques semaines pour me remettre complètement.

Je n'arrive toujours pas à décider si c'est une bonne chose ou non.

Succubus Heat (T. 4)

Succubus Heat, publié en français sous le même titre, est le quatrième tome de la série des aventures de Georgina Kincaid, après Succubus Dreams.

Je ne vais essayer de résumer ou d'évoquer l'histoire de ce tome, parce que toutes les tentatives que j'en ai lues sur internet contiennent des évènements qui se déroulent assez tard dans l'histoire (entre le tiers la moitié) et que j'aurais préféré découvrir dans l'histoire.

Cette critique révèle des évènements clefs du tome précédent et évoque plus ou moins clairement des évènements de ce tome.

Globalement, ce tome est dans la continuité du précédent, Succubus Dreams. L'ensemble de ce tome m'a fait un effet émotionnel presque aussi puissant que la fin du précédent, et je ne sais toujours pas juger si c'est une bonne chose ou pas.

Je m'attendais à ce que la situation de fin de Succubus Dreams soit transitoire, et que d'une façon ou d'une autre la situation amoureuse de Georgina s'arrangerait rapidement. Autant dire que c'est loin d'être le cas. Et j'ai ramené avec moi dans la réalité ces émotions négatives sans cesse ravivées.

Je pense que je vais quand même classé ce livre comme « très bien » parce que j'ai beaucoup (trop ?) accroché et que je me suis très facilement projetée dans l'histoire. Mais à ne lire qu'en étant capable de l'encaisser, ce qui est loin d'être toujours le cas pour moi.

J'ai beaucoup aimé la version « sombre » de Georgina, si différente de la version plus « joyeuse » que l'on a connu dans les trois tomes précédents. J'aurais subi le même genre de transition et le même genre de résultat dans la même situation, comme si j'avais moi aussi ces deux facettes disponibles en moi, ce qui renforce ma proximité avec le personnage et ma projection dans son histoire.

Je me souviens avoir lu une critique de ce tome ou du précédent alors que j'étais encore assez tôt dans la série, où le commentateur disait que c'est tellement évident vers où va la série qu'il avait simplement arrêté. Peut-être poussée par ce commentaire, j'imaginais bêtement une conclusion genre « l'Amour Pur qui détruit les contrats infernaux et ils vécurent heureux » et tout. D'ailleurs la faille dans le contrat suspectée à la fin de Succubus Dreams allait dans ce sens.

Je n'ai jamais eu la prétention de deviner comment finirait la série, du moins de façon assez claire pour renoncer à la lire, mais le déroulement de ce tome a complètement détruit toutes les théories que j'aurais pu avoir.

J'ai hélas été un peu spoilée sur la conclusion de la série, mais je ne vois pas du tout comment il est possible d'atteindre les éléments que j'ai aperçus, à partir de l'état final de ce tome (ou du preview du premier chapitre de Succubus Shadows).

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2020 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly