Le jour du dragon, de Richard Knaak

Après m'avoir initiée au jeu World of Warcraft, mon copain (devenu ex depuis) m'a conseillé les livres qui se passent dans l'univers de Warcraft, en commençant par le premier de la série, Le jour du dragon, qu'il m'a prêté.

J'avoue qu'au début je n'étais pas vraiment convaincue. J'ai plutôt tendance à me méfier des produits dérivés, on dirait que c'est très rare d'y trouver de la qualité et que c'est généralement plutôt de l'abus d'un filon commercial. En tout cas j'ai toujours été déçue quand j'en ai essayé.

D'un autre côté, mon copain a quand même lu toute cette série. Pour quelqu'un qui lit aussi peu, ça veut quand même dire quelque chose. Et puis Richard A. Knaak n'a pas l'air d'être le premier pékin venu, il semblerait que ce soit un écrivain « fantasy » respectable qui a accessoirement écrit des trucs pour Blizzard, donc ce n'est pas forcément mauvais. J'ai donc décidé de donner une chance à ce livre.

Et je n'en suis pas déçue, bien au contraire.

Ce qui m'a rapidement gênée, c'est la réaction de tous les personnages masculin vis-àvis du seul personnage féminin de ce livre. Déjà en soi, c'est un peu douteux de n'avoir qu'un seul personnage féminin, qui en plus est une elfette guerrière super-jolie, à tendance aguicheuse. Mais alors avoir en plus tous les mecs bavent devant (c'est bien de la bave, hein ? rassurez-moi…), ça devient pénible (au moins pour moi). Du coup l'histoire d'amour entre cette elfette et un des (nombreux) personnages masculins de l'histoire, ça a du mal à passer. Enfin vu d'ici, l'amour ça ne ressemble pas du tout à ça, quoi.

D'un autre côté, c'est vrai qu'on est dans Warcraft, et pas dans Lovecraft (en même temps j'aime beaucoup H.P. Lovecraft, mais ce n'est pas le sujet). Et si les guerriers sont effectivement comme ça, je comprends mieux le viol de tout ce qui a un orifice naturel violable au cours des opérations militaires.

Et puis en plus, cette façon de voir des les rapports homme-femme colle très bien avec ce que j'ai pu voir des joueurs de World of Wracraft. On ne peut pas vraiment en vouloir à Richard Knaak de se mettre au niveau du lectorat ciblé (quoique j'aimerais savoir quels proportiosn de joueurs aux différents Warcraft seraient capablent de lire en livre entier sans y être forcés scolairement, même si c'est un livre dans leur univers).

Un autre choc, beaucoup moins embêtant, est venu de la notion des distances : je connais assez bien la géographie de ce continent, je l'ai même complètement exploré dans World of Warcraft, et ce n'est pas du tout la même échelle que ce qui est décrit dans ce livre. Genre le chemins qu'ils mettent des jours à faire avec leur cheval, je le fais en une dizaine de minutes à pied.

Sur ce coup, je pense que c'est le livre qui a raison : il décrit bien un continent qui a une échelle continentale, quoi. Dans World of Warcraft, le continent est plus petit qu'un arrondissement parisien. Ça se comprend, il faut bien qu'il y ait quelqu'un qui dessine le continent, et il n'y a pas vraiment d'intérêt à faire un continent continental vu le handicap que c'est aussi bien pour les développeurs que pour les joueurs. En même temps, Eve Online a bien réussi à faire l'immensité, malgré des voyages à plusieurs unités astronomiques par secondes et des points de sauts à foutre encore plus en l'air la causalité dans certains référentiels.

Une fois ces chocs passés, je dois reconnaître que l'histoire était vraiment intéressante et prenante. Autant l'amour ne m'a pas convaincue, autant je m'incline devant la finesse et l'élaboration des stratégies et de la politique dans ce livre. Il y a vraiment du bon là dedans.

J'aime bien aussi la façon dont les combats sont décrits, et ils ne prennent pas trop de place, contrairement à ce que l'on aurait pu craire (alors que dans World of Warcraft j'aimerais bien parfois faire un peu autre chose que taper sur des trucs).

Bon, je me rends compte qu'en fait je n'ai pas plus que ça à dire sur les points positifs, alors qu'ils remplissent quand même une très grosse partie des pages de ce livre.

Bref, c'est à mon avis un bon livre en soi, et pour un produit dérivé c'est même très bon. Ou du moins, très à mon goût.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 16 février 2009 à 18h02
  • Dernière modification le 19 janvier 2010 à 20h49
  • Critique de livre
  • Pas de commentaire

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2016 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly