Requiescat III – Horlogium

La série noire de l'année 2018 continue, après mon téléphone mobile et mon appareil photo, c'est ma montre qui semble rendre l'âme. Comme les fois précédentes, alors que j'écris ces lignes je ne crois pas une seconde qu'un miracle se produise et rende ses fonctionnalités à ce morceau d'électronique, mais cette fois j'espère que l'invocation latine public ce weblog produise ce miracle.

Et comme l'espoir appelle la déception, je suppose que c'est justement cette fois que ça ne va pas marcher.

Cette montre est une Pebble Time Round, et je vous en avais déjà parlé lorsque son fabriquant a fermé ses portes, dans un article intitulé Pour une fois qu'un wearable me plaisait…, et je crois que sa batterie est mourante.

Le vieillissement soudain

Pour situer, lorsqu'elle était neuve, la batterie de cette montre tenait environ trois demi-journées, que ce soit deux jours et une nuit ou un jour et deux nuits. Les nuits sont quand je dors, ce qui est nettement plus court que la journée, mais j'avais une utilisation plus intensive de l'accéléromètre et j'étais en limite de portée bluetooth. Comme je n'aime pas l'irrégularité de cette demi-journée en plus, je l'ai rechargée à peu près tous les soirs, depuis trois ans.

D'ailleurs c'est amusant qu'à l'époque l'autonomie de cette montre était vivement critiquée, alors qu'aujourd'hui le marché est encore bourré de modèle qui tiennent à peu près aussi longtemps.

Du coup après un peu moins de trois ans de bons et loyaux services, cette batterie a tenu environ mille cycles, ce qui est une longévité honorable.

À force de ne pas utiliser la demi-journée en bonus, je ne saurais pas trop dire comment elle s'est réduite au fil des ans, mais au début du mois d'août 2018 je n'avais pas besoin de faire attention à quel moment de la soirée je lançais la recharge pour qu'elle tienne jusqu'à la soirée suivante. Il n'était donc pas rare que je lui demande de tenir 27 heures, et il semblait y avoir encore de la marge derrière.

Et puis en deux semaines ça s'est détérioré très rapidement. D'abord elle n'a plus tenu jusqu'au matin quelques jours de suite, ce qui est très contrariant car je compte sur ses vibrations pour me réveiller. Alors j'ai commencé à désactiver la liaison bluetooth pendant la nuit, et tout est rentré provisoirement dans l'ordre.

Ensuite elle a commencé à ne plus tenir la journée, en se mettant en mode d'économie d'énergie pendant mon trajet retour, qui est justement un des moments où les notifications me sont les plus importantes, car je n'ai pas d'ordinateur devant moi. Alors j'ai commencé à la recharger matin et soir, et tout est rentré provisoirement dans l'ordre.

Ensuite elle a commencé à se couper brutalement, sans même passer par le mode d'économie d'énergie qui donne encore l'heure, lorsqu'il fallait utiliser un pic de courant pour vibrer ou se reconnecter en bluetooth, alors que la dernière charge était trop loin. Alors j'ai commencé à la recharger trois fois par jour, et utiliser un autre réveil.

Et ensuite elle n'a plus été capable de sortir le moindre pic de courant sans être branchée, ce qui est son état actuel : elle donne l'heure et travaille l'accéléromètre, sans aucune vibration ni liaison radio, avec deux recharges par jour, dont une utilisée pour exfiltrer les données de l'accéléromètre.

Le remplacement

Contrairement aux requiescat précédent, ce morceau d'électronique est suffisamment bon marché pour que dès l'annonce de la fermeture de Pebble j'investisse dans une unité de rechange, en misant sur le fait que je ne trouverais pas de remplaçant avant l'expiration de l'unité « en production ». Pari gagné.

Mais maintenant que je n'ai plus d'unité de rechange, la prochaine mauvaise chute peut mettre fin à cet élément que je juge important dans ma vie. Il me semble donc raisonnable de réfléchir dès maintenant à comment gérer la mort de l'unité de remplacement.

D'autant plus que je crois me souvenir que dans les technologies actuelles de batteries au lithium l'entropie contribue plus au vieillissement que les cycles de chargement, ce qui peut rendre pessimiste sur la durée de vie de la batterie de cette unité de remplacement.

J'ai l'impression qu'il existe encore quelques stocks de Pebble Time Round, donc je pourrai refaire le pari sur une unité de remplacement, mais ça me semble un peu plus risqué qu'à l'époque, donc j'hésite. Et si j'hésite suffisamment longtemps, cette possibilité se fermera d'elle-même.

Je pourrais essayer d'ouvrir mon unité défunte pour remplacer sa batterie. J'ai assez peu à y perdre, l'étanchéité n'a jamais été terrible sur cette unité ; mais il faudrait d'abord trouver une batterie fonctionnelle, ce qui n'a pas l'air gagné du tout.

Alors si je me dis que choisir un nouvel appareil est inévitable, je retourne aux bases avec une analyse des besoins, par ordre d'importance :

  1. donner l'heure,
  2. réveiller par des vibrations discrètes,
  3. avertir de l'oubli de l'ordiphone,
  4. avertir des notifications pertinentes,
  5. présenter un résumé desdites notifications,
  6. envoyer un texte prédéfini par SMS à un correspondant.

Je suis assez indifférente aux fonctionnalités de fitness, quoique j'ai peut-être une certaine curiosité sur l'évolution de mon rythme cardiaque au fil de la journée.

En revanche, je suis très très réticente à voir les informations de fitness sortir de mon contrôle. Je suppose que vu l'état actuel du Marché, on y peut rien, mais le résultat net est que je préfère aucun suivi à un suivi cloudé.

Et je suis encore plus réticente à l'utilisation d'un écran tactile. Je déteste déjà ce type d'interfaces quand l'écran à une taille raisonnable, alors quand le doigt cache une portion significative de l'écran ça me met juste hors de moi. Les vrais contrôles physiques, utilisables en aveugle, c'est ça mon truc.

Je me rends compte au passage qu'entre le web en mode texte et la préférence pour les boutons physiques, ça commence à faire beaucoup de trucs grands publics que j'aimerais utiliser comme les malvoyants.

Avec tout ça, on dirait que le premier besoin de la liste suffit déjà à éliminer une grande partie des montres connectées, à moins qu'il y ait eu récemment des progrès spectaculaires dans la reconnaissance du geste de regarder le cadran.

En revanche, je découvre le principe des montres connectées « hybrides », avec un vrai cadran et des vraies aiguilles pour remplir le besoin de base d'une montre. Elles me semblent souvent pêcher au niveau de la présentation d'informations, mais si c'est la seule concession que je dois faire, c'est plutôt bien.

Cela dit, de façon purement fortuite, je suis tombée récemment sur un article qui recommande d'attendre un peu avant d'acheter une montre connectée, parce qu'une nouvelle puce est censée faire une révolution. Je suis un peu sceptique, mais je pense pouvoir attendre jusqu'au 10 septembre prochain pour voir si cette histoire à un impact sur les produits qui m'intéressent. Au moins je suis contente que ça arrive en plein dans une mode des montres hybrides, j'ai un peu plus d'espoir que d'habitude de ne pas me retrouver laissée sur le bord de la route du marché de consommation.

La tentation nihiliste

Comme à chaque fois qu'un de mes jouets tombe en panne et qu'il n'y a pas de remplacement, je me pose la question de son élimination. Est-ce que je m'encombre avec, ou ça apporte vraiment quelque chose ?

Je ne peux m'empêcher de remarquer que j'avais du mal à abandonner le téléphone Android pour ce que m'apportait la montre Pebble, et là j'ai du mal à abandonner la montre connectée pour ce en quoi elle complète le téléphone prétendument intelligent. Et si j'arrachais les deux en même temps ?

Il va quand même me falloir quelque chose qui donne l'heure, et qui peut me réveiller. Je ne comprends pas très bien pourquoi ce n'est pas possible complètement offline, peut-être que j'ai seulement mal cherché. Les montres avec alarme existaient déjà dans mon enfance, et remplacer le bip par un moteur haptique ne doit pas être si compliqué ces jours ci.

J'ai peut-être réfléchi un peu malsainement trop longtemps à cette question, mais je suis arrivée à la conclusion que finalement, ces notifications qui encombrent tellement ma vie pourraient aussi bien rester sur un PC que j'ai devant moi, et garder un pager pour les cas d'urgence.

Globalement, je crois qu'il me suffirait d'une montre idiote, d'un pager, d'un téléphone idiot éteint, d'un GPS, et d'un système d'accès en urgence à internet. S'il y avait moyen d'avoir un pager non-cellulaire, ça comblerait en même temps à peu près tous mes côtés paranoïaques sur les dérives actuelles du capitalisme de surveillance.

Je continue de suivre les actualités de KaiOS, dans l'espoir qu'il finisse par arriver sur un modèle à ma portée. Quand ce sera le cas, il est probable qu'il n'y ait pas de montre connectée qui aille avec…

Envoi

Et vous, quelle place donnez-vous à l'électronique sur votre poignet ?

Y a-t-il d'autres wearables qui valent le coup ces jours-ci ?

Faut-il démanteler le capitalisme de surveillance avant de pouvoir espérer le montre wearable qui ne soit pas un fitness tracker qui envoie tout dans dieu sait quel nuage ?

Y-a-til une chance de voir les makers et l'électronique grand public converger vers du DIY wearable ?

Non-miracle (ajout du 2 septembre 2018)

Sans grande surprise, il n'y a pas eu le miracle des fois précédentes.

Pour diverses raisons pratiques, j'ai continué d'utiliser l'ancienne unité pour avoir l'heure et suivre mon sommeil pendant ces deux dernières semaines.

Jusqu'à en arriver au point où une fois chargée au maximum, le débranchement conduit immédiatement à un avertissement de batterie presque vide, qui est accompagné d'une vibration qu'on ne peut désactiver, et qui cause l'extinction neuf fois sur dix à l'intensité minimale.

Et puis hier après midi, alors que je regardais l'heure, je remarque un vide inhabituel :

Photo de la montre physiquement cassée

Le point positif, c'est que l'ouverture du boîtier était justement ce que je redoutais le plus dans une tentative de réparation de cette montre, et du coup je n'ai plus rien à perdre en termes d'étanchéité.

Je mets aujourd'hui en production la nouvelle unité, et advienne que pourra.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 23 août 2018 à 19h18
  • Dernière modification le 2 septembre 2018 à 11h11
  • État de la bête : curieuse comme un chat
  • Pas de commentaire
  • Tag : Évènement
  • Tag : Jouets

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2017 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly