Aftershokz Trekz Titanium

Le casque pour entendre ce qu'on écoute pas

Photo du casque Aftershokz Trekz Titanium

J'utilise régulièrement depuis un peu plus d'un an un casque bluetooth à conduction osseuse, le Trekz Titanium d'Aftershokz.

Honnêtement, c'est le plus mauvais casque que j'ai jamais essayé sur presque tous les aspects, et pourtant c'est lui dont je me sers le plus souvent, c'est dire à quel point la conduction osseuse est une killer feature à mes yeux.

Pour bien le mesurer, il va falloir que je commence par expliquer ce qui a éveillé mon intérêt pour ce casque.

Le besoin à remplir

Je passe beaucoup de temps à marcher en ville, ce n'est pas vraiment nouveau, principalement sur des trajets entre mon lieu de travail et mon domicile. C'est un choix personnel, à la place de transports en communs, motivé par la combinaison de plusieurs raisons :

Le principal défaut de cette activité, c'est que ce n'est une activité que physique, et que de base je n'ai pas de moyen de m'occuper l'esprit pendant toutes ces heures. Alors je laisse gambader librement mon imagination, on ne peut pas dire que je m'ennuie ; c'est juste que parfois mon imagination se bloque dans un thème pas joli-joli, et je ne suis pas très douée pour gérer ça.

Ma première idée pour m'occuper l'esprit pendant que les jambes bossent, c'est utiliser mes oreilles, au moyen d'un casque. Le problème immédiatement évident, c'est que je marche aussi avec mes oreilles, pour naviguer dans l'environnement urbain et tous les dangers qui l'habitent. Donc il est hors de question que j'utilise mes casques préférés, parce qu'ils me coupent trop de l'environnement sonore.

Bon, je suis probablement inutilement parano' sur le risque de rater un indice important de mon environnement, donc même les casques avec une isolation pourrie m'inquiètent trop pour que je puisse marcher sereinement pendant une longue période.

La conduction osseuse

Je ne me souviens plus très bien à quelle occasion je suis tombée sur le concept de casque à conduction osseuse. L'idée est, au lieu de faire vibrer l'air en direction des oreilles, de faire vibrer des os pour envoyer l'acoustique directement à l'oreille interne. Le résultat net est strictement aucune atténuation des bruits ambiants.

Le principal inconvénient se résume au fait qu'en réalité, les gadgets ne sont jamais en contact avec un os, il y a toujours du tissu mou qui vient pourrir le couplage acoustique. Résultat, ça gaspille beaucoup d'énergie, le rendu sonore est difficile à maîtriser, et à forcer de gérer autant d'énergie on n'a parfois des soucis à faire autant virer des os qui n'ont pas l'habitude.

De ce que j'en ai lu, la technique fait beaucoup de progrès, mais le casque que j'utilise depuis plus d'un an est à peu près le plus pourri sur tous les critères qui me viennent à l'idée, et pourtant je suis loin d'être audiophile ou sensible aux finesses du rendu audio.

À mes yeux oreilles, il n'a pour lui que la killer feature de ne pas couvrir les sons ambiants.

Mon utilisation

Pendant les premières heures d'utilisation de ce casque, j'ai perçu une texture très particulière au son, mais je n'ai pas été capable de la retrouver depuis. Je ne sais pas si c'est une question de rodage de l'appareil, ou l'apprentissage d'une compensation dans le traitement auditif, ou une stabilisation du port de l'appareil, ou encore autre chose. Bref, tout ça pour dire qu'une première impression franchement dégueulasse n'est pas forcément rédhibitoire.

Cela dit, je ne suis toujours pas fan d'écouter de la musique avec, et je me limite aux titres que je connais tellement par cœur que c'est plus de la remémoration musicale que vraiment écouter.

En revanche, pour ce qui est de la voix, je n'ai rien à lui reprocher, les phonèmes passent sans problème, sans distorsion flagrante, et il n'y a guère que la violence des bruits de moteur pour gêner la compréhension.

Ce qui m'amène à la deuxième utilisation à laquelle j'ai renoncé : pendant un moment, j'ai essayé d'écouter l'audiobook de crossover, dans la continuité de mes réflexions sur l'écrit contre l'oral.

Manifestement, pour mon cas, ce n'est pas une bonne idée de mettre un livre à six étoiles sur cinq là-dedans. Quand je suis aspirée dans l'histoire je suis trop déconnectée de la réalité pour ne pas me mettre en danger ; quand la réalité prend le dessus, le manque est super désagréable ; et quand je ne rate que des petits morceaux (par exemple quand une sirène passe à toute allure), j'ai une espèce de FOMO très désagréable aussi.

Résultat, j'ai laissé tombé les audiobooks dans les environnements un peu bruyants, qui sont les seuls environnements dans lesquels la killer feature a le moindre intérêt.

Donc en gros la seule utilisation compatible avec mes conditions d'utilisation semble être le transfert d'informations sans charge émotionnelle, c'est-à-dire les podcasts.

Par chance, il y a largement de quoi m'occuper avec ça, surtout depuis que j'ai eu l'idée d'y mettre de quoi travailler une langue étrangère, un peu au-dessus de mon niveau. Comme je ne comprends globalement rien, je ne suis pas dérangée par les bruits trop forts, et je n'ai aucune réticence à déplacer mon attention sur un élément extérieur, et en plus je peux laisser les mêmes podcasts en random et découvrir de nouvelles choses même dans ceux que j'ai déjà entendu dix fois.

Cela dit, pour les vrais podcasts, il me manque quelque chose pour revenir légèrement en arrière, genre 5-10 s, mais j'imagine que c'est quelque chose qui est plus du ressort de l'appareil qui envoie la musique que du casque.

Avec tout ça, je m'en sors très souvent, et j'en suis globalement très contente. J'ai conscience de l'étroitesse de la niche qu'il remplit, mais je suis très contente qu'il existe.

Une chose que j'ai du mal à quantifier et qui m'inquiète un peu, c'est combien de son « fuit » du casque vers l'air, à quel point j'embête les gens que je croise dans la rue. Et comme je bascule facilement mon attention sur l'extérieur, il m'est arrivé plusieurs fis de parler avec des gens qui m'interpellent sans étendre le son, je me demande si c'est perçu et si oui comment.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 30 novembre 2018 à 21h16
  • État de la bête : en état de marche
  • Pas de commentaire
  • Tag : Jouets

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2017 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly