Provisions à emporter

Un gentil lecteur a vu mon EDC (le bazar que je transporte sur moi) et il m'a fait remarquer qu'il n'y a rien à manger là-dedans. C'est une bonne remarque, et j'ai vu qu'il y a beaucoup de gens qui transportent des en-cas. Ce n'est pas mon cas, parce qu'évidemment je n'en ai pas besoin, je mange très rarement entre les repas.

Au cours de ma vie, j'ai remarqué que c'est souvent intéressant de remettre en question les trucs qui ont l'air évidents, surtout lorsque c'est pour fermer une question.

En vrai j'ai un peu honte de la fréquence à laquelle je grignote en dehors des repas, mais c'est presque tout le temps dans les lieux familiers, où je stocke de la nourriture, de sorte que je n'ai pas besoin d'en transporter avec moi.

Cela étant, mon EDC contient bien un certain nombre d'objets dont je n'ai pas besoin tous les jours, mais dont l'utilisation en cas de besoin est suffisamment positive pour l'avoir toujours à portée de main, donc ça mérite quand même réflexion.

Et puis, comme un pied de nez du destin, quelques jours après être arrivée à cette conclusion, je me suis retrouvée à sauter un repas dans des circonstances amenées à se reproduire.

Je vais donc dans ce billet étaler le résultat de ces réflexions sur quelle nourriture intégrer à mon EDC, en laissant évidemment la porte ouverte à la réponse « rien ».

J'ai aussi réfléchi un peu plus loin que l'EDC, mais j'ai été facilement convaincue de placer à des endroits stratégiques du BP-5 / NRG-5, mais je m'en occuperai plus tard.

Je ne sais pas à quel point c'est pertinent sur ce weblog, mais je vais quand même préciser que tous les produits dont il sera question ici ont été achetés à mon initiative, suite à des recherches personnelles, avec mon budget personnel, sans aucun lien avec aucune entité commerciale que ce soit.

Contraintes initiales

Je suis donc, dans le cadre de ce billet, en train de considérer les choses comestibles à trimballer dans mon sac à main, ou éventuellement dans un sac à dos de boulot, au quotidien, pour une utilisation ponctuelle, en dépannage.

Je me suis donc restreinte à la nourriture « en barre », parce que j'ai l'impression qu'il n'y a que ça qui puisse être mangé dans des conditions improvisées, qui se conserve sur une durée raisonnable (donc pas un sandwich), et qui résiste à peu près aux contraintes physiques d'être transporté au quotidien (donc pas des biscuits).

Je me suis également restreinte aux barres issues de l'industrie agro-alimentaire, sans considérer les recettes que l'on peut mettre en œuvre chez soi, parce que malgré tous les reproches qu'on peut faire à cette industrie, je leur fais confiance sur les DLCO et l'analyse nutritionnelle (enfin plus confiance que dans le DIY).

Cela étant, après avoir faire le tour de l'offre industrielle et affiné ce que je veux (toujours en laissant ouverte la possibilité du rien), je n'exclus pas de regarder du côté des recettes DIY pour remplacer mon choix. Je ne me sens juste pas de commencer ma sélection en naviguant dans la pléthore des recettes existantes.

Si vous avez connaissance d'un autre format que les barres pour satisfaire toutes ces contraintes, merci de me le communiquer.

Analyse du besoin

Je suis donc repartie de la base, à savoir dans quelles circonstances je pourrais avoir besoin de quelque chose à manger dans mon sac à main.

La première situation est la bête gourmandise, mais comme je suis plutôt du côté grassouillet du BMI, je préfère éviter le plus possible cette utilisation.

Il y a aussi le support psychologique, pour lequel j'entretiens des tablettes (de chocolat) de secours mais la nourriture capable de remplir cette fonction est très limitée et trop difficile à stocker.

Il reste donc essentiellement couper la faim. Mais ça peut vouloir dire deux choses différentes : soit se nourrir suffisamment pour continuer de fonctionner, soit seulement supprimer la sensation de faim en sachant que les besoins du corps seraient satisfaits prochainement.

Par exemple, le premier cas pourrait être se retrouver coincé sur le bord de la route, ou dans un salon et il faut de l'énergie pour faire face à la situation et s'en sortir. Alors que pour le second cas, ça pourrait être la fin d'après-midi avant un diner festif et copieux et après un déjeuner très léger en prévision dudit diner.

La différence est de taille : le premier cas cherche les calories tandis que le second les évite. D'un autre côté, le premier cas est plus difficile à gérer par la volonté pure, mais il est peut-être moins fréquent dans ma vie.

Après mûre réflexion, je préfère supposer que je vais être capable de gérer le second cas avec la volonté pure, en étant prête à remettre en question si le futur mon contredit.

Ma réponse pour le second cas est donc « rien », et la suite de ce billet va chercher quoi répondre au premier cas.

Critères comparatifs

Donc à ce stade, je vais chercher essentiellement chercher de quoi me nourrir, pour une situation où mon corps à besoin de nourriture pour assurer un fonctionnement à peu près normal.

Par conséquent, je vais vouloir dans ma barre le plus d'énergie possible, dans le moins de volume possible. Comme le volume est trop chant à mesurer, je vais rapporter à la masse plutôt qu'au volume. Et du coup, je vais directement à rebours du nutri-score.

Comme ce n'est que pour une utilisation ponctuelle, je ne vais pas prendre en compte toute la composition détaillée, seuls les macro-nutriments me semblent pertinents.

À force de parcourir le grand 'ternet dans tous les sens, j'ai un peu perdu les sources, qui me contrarie un peu, j'ai retenu les critères suivants sur les macro-nutriments :

Le goût est un critère compliqué. À l'origine, je voulais le garder en dernier critère pour départager, mais au cours de mes tests je me suis rendu compte que certaines barres ont trop bon goût, et la gourmandise prend le dessus, ce qui en fait un point très négatif.

Les critères de stockage dans mon EDC (résistance mécanique et à la chaleur, durée de conservation) sont importants aussi, mais je n'ai pas vraiment pu les évaluer.

Essais

Je sais que les barres alimentaires sont classées en trois gammes : les barres protéinées, pour les sportifs qui veulent construire du muscle, les barres énergétiques, et les substituts de repas (qui se disent) hypocaloriques.

Dans les supermarchés que je fréquente, je vois aussi trois groupes, mais très différents : les barres « confiserie », les barres « petit déjeuner », et les barres de régime / substitut de repas.

J'ai zapé la confiserie, en supposant que ça ne m'intéresserait pas (mais c'est peut-être un préjugé), mais j'ai quand même mis ma barre préférée dans la liste pour avoir un repère.

Je ne sais pas trop à quelle gamme relier les barres « petit déjeuner », mais du coup je l'ai explorée quand même.

Les substituts de repas se prétendent hypocaloriques, mais ils ont une densité énergétique pas si éloignée de celle de la confiserie. Je suppose que c'est parce que la quantité qu'ils conseillent est faible, et donne suffisamment de tout sauf d'énergie dans cette quantité. Du coup je suppose que ça peut marcher pour mon utilisation, en faisant peut-être attention à ne pas trop accumuler de micro-nutriments.

Voici les barres que j'ai essayées, avec les nombres pour les principaux critères, pour 100 g de produit, sauf pour les sucres qui sont en pourcentage des apports énergiques.

Barre Énergie Prot. Fibres Lipides saturés Sucres
Nestlé Nuts 492 kcal 4.5 g 1.2 g 10.3 g 43 %
Kellog's Extra 459 kcal 8.9 g 4.9 g 5.  g 31 %
Kellog's Special K 388 kcal 7.0 g 14.  g 5.1 g 25 %
Neslté Clusters 412 kcal 6.3 g 6.7 g 6.2 g 24 %
Jordans Frusli 401 kcal 5.8 g 4.5 g 1.8 g 31 %
Gerlinéa Mon repas 378 kcal 24.  g 2.  g 0.8 g 38 %
Gerlinéa céréales 336 kcal 22.  g 19.  g 1.1 g 23 %

La sélection est évidemment biaisée par le fait qu'en magasin, j'ai choisi à peu près suivant mes critères initiaux.

Globalement, la densité énergique ne varie pas du simple au double, ce qui est plus que l'impression que j'avais, mais ce n'est pas spécialement impressionnant comme écart entre le produit « régime » et la confiserie.

J'ai été un peu étonnée de la variabilité au niveau de la quantité de fibres, et sur le reste on voit assez bien la distinction entre les produits « régime » et les autres. Une autre différence flagrante est au niveau du goût. Je ne sais pas si c'est une conséquence de l'orientation régime, ou un choix délibéré (pour quelles raisons ?), mais elles sont beaucoup moins tentantes que les autres barres.

Résultat, j'ai fait un petit stock du Gerlinéa Céréales, et on verra ce que ça donne au fil du temps. J'ai quand même eu une petite déception en remarquant qu'il semble n'avoir que deux ou trois mois de conservation.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 31 octobre 2018 à 20h07
  • État de la bête : en train de pourrir son régime
  • Pas de commentaire
  • Tag : Autoexploration
  • Tag : Jouets

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2017 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly