Every Day Carry en 2019

Comme chaque année, avec le mois de mai reviennent les beaux jours et l'inventaire de ce qui me sert de sac-à-main, que j'appelle pompeusement Every Day Carry ou EDC, cf l'édition 2015, l'édition 2016 et l'édition 2018.

Depuis l'année dernière, la liste des objets n'a pas beaucoup changé, mais j'ai avancé sur la question des contenants qui restait en suspens à la fin du billet.

Évolution de l'EDC

Par rapport à mon Every Day Carry en 2018, je n'ai pas changé le découpage modulaire ; et les modules sont tous restés identiques sauf le module 3.

Photo des objets de la liste

Rappel des modules

Dans la suite, je vais développer comment j'ai choisi les conteneurs pour transporter mon EDC, et pour ça je vais faire référence aux modules que j'ai établis dans mon inventaire de 2018. En voici un résumé :

Analyse des besoins en sacs

J'ai essayé très fort de me retenir de faire des blagues geek, mais là je ne peux pas résister à la tentation d'emprunter ce concept de la méthode à Gilles, en écrivant des user stories.

Concrètement, je voudrais un ensemble de sacs et autres conteneurs, de façon à ce que ma vie soit la plus confortable possible dans les situations suivantes, classées par ordre d'importance décroissante :

  1. Je suis au boulot ou chez des amis avec le module 1 sur moi et le reste posé quelque part.
  2. Je vais retrouver des amis dans un bar avec les modules 1, 2, 3 et des bouts de 4.
  3. Dans la situation précédente, je vais aux toilettes avec les modules 1 et 2.
  4. Je vais au boulot avec les modules 1, 2, 3, 4, et Bifrost.
  5. Au boulot, je pars chercher un déjeuner, avec le module 1, mon porte-monnaie, et un sac de courses.
  6. Je pars en week-end avec quelques vêtements de rechange, les modules 1, 2, 3, 4, 6, et Bifrost.

Pour avoir trimballé Bifrost de plein de façons différentes, je sais que je n'ai pas la force physique pour le transporter à la main ou en bandoulière sur des distances de marche qui me semblent pourtant raisonnables. Donc je pars du principe que le porte dans un sac à dos.

Comme en plus j'ai quelques Riut Bags, qui sont trop vieux pour apparaître sur le site, mais je trouve très confortables et pratiques et qui me donnent une certaine sérénité dans l'espace public, je vais commencer par mettre Bifrost dedans, et y ajouter le module 4 puisqu'il n'est jamais utilisé sans Bifrost dans ces histoires.

En même temps, j'ai déjà pu constater à quel point tous les sacs à main que j'ai pu essayer sont pénibles à porter avec un sac à dos. Donc idéalement il faudrait que les histoires 4 et 6 soient faites uniquement avec le sac à dos, et peut-être un sac à la ceinture.

D'autre part, les sacs Riut ne sont pas très pratiques pour sortir des objets en gardant le sac sur les épaules (c'est même son principal argument de vente). Les poches prévues pour ça ne me sont pas très accessibles avec ma morphologie et la façon de les porter. Donc il faudrait au moins que les clefs de mon appartement et les transpondeurs soient dans un sac à la ceinture.

Résultat, en première itération, je me retrouve avec une autre série de modules, plus orientés sacs : des choses que je veux porter à la ceinture, des choses qui restent dans sac à dos Riut, et des choses qui iraient dans le sac à dos si je le prends ou dans un sac à main dédié autrement.

Pour ce qui est de la ceinture, il y aurait toujours le module 1, par définition, et ça répond à l'histoire 1. En y ajoutant mes clefs et les transpondeurs, on répond à l'histoire 4 avec sac Riut. En ajoutant au module 1 le porte-monnaie et le sac de courses, on répond à l'histoire 5. Mais en mettant tout ça ensemble, ça couvre tout le module 2 (clefs et porte-monnaie) et on répond aussi à l'histoire 3.

Il ne reste plus qu'à trouver une ceinture capable de contenir tout ça.

Photo du module minimal

Sur cette photo, les transpondeurs sont rangés dans la couverture du bloc-notes avec le mini-stylo, parce que le plan n'est pas de se limiter à ces objets à la ceinture, mais de profiter de la place supplémentaire pour y ajouter d'autres trucs.

Sacs de ceinture

Ça fait très longtemps que je réfléchis du côté du transport de bazar à la ceinture, mais les sacs banane restent monstrueusement moches, et à la fois encombrants et de faible capacité.

J'ai vu un certain nombre de sacs de cuisse qui avaient l'air très sympathiques, mais qui sont incompatibles avec les jupes que je porte tout le temps (sauf quand je fais de la moto, mais c'est récent).

Et puis un jour, j'ai croisé un développeur FreeBSD avec quelque chose qui ressemble à un mini sac de cuisse, intégré à une ceinture, et construit de façon à ne pas avoir besoin de sangle à la cuisse. Il paraît que tout le monde en a à Berlin.

J'ai eu beaucoup de mal à trouver ça ensuite, même s'il y a deux ou trois modèles chez certains fabricants, par exemple le sac Don de Gusti Cuir.

J'avoue avoir aussi eu des doutes sur l'image que projette le port de ce genre de sacs, mais à la fin j'en ai eu tellement marre que le confort a pris le dessus sur l'image. Cela dit, ça m'intéresse quand même d'avoir votre avis là-dessus.

Cela dit, la plupart de ces sacs restent encore un peu trop petits pour mettre tout ce que je voulais y mettre dans la partie précédente, du coup j'explorais le genre de sac de ceinture qu'on pourrait ajouter à un sac comme ça.

Et puis je suis tombée sur une version avec une sacoche de chaque côté, chez Kunst und Magie.

Résultat, j'arrive à y mettre les modules 1 et 2, et presque tout le module 3.

Photo du sac-ceinture

Organisation interne

Une limite de ce type de sacoches est que l'étroitesse et la position sur le corps rendent difficile le recherche d'objet dedans ; et la version textile est tellement souple que les objets ont tendance à s'accumuler en bas, ce qui est moche en plus d'être peu pratique.

Il me fallait donc un organiseur de sac pour garder tout à sa place, et dans la bonne forme.

J'ai une certaine expérience là-dedans, après en avoir fait un sur mesure pour un sac à main passé (on y retrouve d'ailleurs une bonne partie de mon EDC 2016) et le même principe en gilet.

Ça marche très bien, mais c'est quand même très pénible à faire, et c'est bloqué à une version de l'EDC. Du coup j'ai eu envie d'essayer d'adapter en le rendant reconfigurable, à l'aide de velcro : le support serait une plaque de boucles, et les poches y sont posées avec les crochets.

Pour faire simple, j'ai fait un support double-face, pour y mettre tous les objets plutôt fins, et un support simple-face pour les objets plus épais.

Au niveau des poches, c'est encore plus chiant que les organiseurs fixes, ça m'a donné pleinement conscience que les outils et méthodes pour faire des vêtements ne sont pas faits pour du travail de précision à cette échelle. Je me demande ce que les fabricants de gants utilisent.

Cela dit, j'ai déjà fait assez de reconfigurations pour que cet investissement en efforts soit déjà rentabilisé.

Voici le résultat :

Photo des objets de la poche gauche Organiseur de la poche gauche, avec les objets relativement épais : stick à livres, lampe ZebraLight H53Fw, porte-clef KeyCage, porte-monnaie, miroir batterie USB, et câble micro-USB dans son enrouleur.

Photo des objets de la poche droite, côté intérieur Organiseur de la poche droite, côté intérieur : paracord, smartphone, oreillette bluetooth, pince multifonction, pince à épiler.

Photo des objets de la poche droite, côté extérieur Organiseur de la poche droite, côté extérieur : carnet avec mini-stylo et transpondeurs, sac de courses, briquet Zippo, bouchons auriculaires.

Je n'ai pas fait de photo de la petite poche, mais elle est simplement remplie par le mouchoir et le sifflet, accroché à l'intérieur par quelques centimètres de velcro.

Photo des objets du reste du module 3 Les objets du module 3 qui ne rentrent pas dans la ceinture : bande frontale pour la lampe, câble micro-USB OTG, lecteur d'e-books, crayon khôl, parfum, mascara, kit de premiers soins, mètre ruban, élastiques à cheveux, marqueur permanent, clef USB, nourriture.

Si quelqu'un veut essayer de faire la même chose, les leçons que j'en ai tirées c'est un général manque de rigidité par rapport à ce que je veux faire.

Le support en boucles de velcro gagnerait à avoir une armure en carton, les poches qui ne sont pas en denim ont tendance à se mettre en carafe quand on essaye de remettre un objet dedans, et même en denim la rigidité supplémentaire de l'ourlet (qui manque sur la poche de téléphone par exemple) est nécessaire.

Et pareil sur le placement des poches, il faut empiler les objets pour qu'ils reposent l'un sur l'autre, sinon le support va céder et ça va mal se passer.

Avis sur quelques mois

Une chose qui me manque souvent quand je me renseigne sur internet, c'est un avis à long terme. Les premières impressions sur les produits neufs, c'est très bien, mais en général la vraie question derrière mes recherches est ce que j'en penserais des mois, voire des années, plus tard.

Dans tout ce que j'ai écrit, s'il n'y avait pas le côté artisanal et pénible de l'organisation interne, ça aurait pu être une impression à chaud juste après avoir assemblé tout ça.

Ce qui me semble donc de plus précieux dans ce billet, c'est le témoignage après des mois d'utilisation de ce système.

Le principal inconvénient est la difficulté de ranger les objets dans leur place, surtout ceux des étages inférieurs. Ça été la force majeure de l'organisation verticale, les objets du dessous servent finalement plus de support pour les objets de dessus que pour mon utilisation directe.

Le deuxième inconvénient, qui fait que je continue à chercher une solution alternative, est que j'ai des doutes sur la robustesse de ces sacoches. On peut facilement voir sur la photo les traces d'usure du Zippo et de la boîte de bouchons auriculaires ; la trace du miroir est moins évidente mais une fois qu'on l'a trouvée elle est tout aussi nette.

Au cours de ces quelques mois, j'ai progressivement ajusté la ceinture pour garder le même port, et j'ai avancé le bout de la ceinture de plus de deux centimètres, le tissu a donc dû s'allonger d'autant.

Et il y a un des fermoirs magnétiques dont l'aimant est tombé (probablement dans le bus), ce qui fait qu'il ne ferme plus.

Tout ça bout à bout, je ne serais pas surprise de voir ce sac se casser irrémédiablement dans l'année qui vient.

Au moins, maintenant que le concept est éprouvé, je suis prête à faire l'investissement dans un sac de forme similaire, peut-être un peu plus petit parce que j'ai largement plus de place qu'il ne me faut, dans un matériau plus robuste, par exemple du cuir. Voire essayer de le construire moi-même, si la Main Invisible ne veut pas s'en charger.

Si seulement j'avais des mots clefs pour rechercher ce genre de sacoches…

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 5 mai 2019 à 17h30
  • État de la bête : routinière
  • Pas de commentaire
  • Tag : Jouets

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2019 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly