Bulle sociale

Pour ce billet, j'ai presque besoin d'un Trigger Warning à l'envers : malgré le titre et le paragraphe suivant qui ancrent les présentes réflexions dans le contexte de crise sanitaire qui traverse l'Europe ces jours-ci, il sera surtout question de mes problèmes dans la vie d'avant et la recherche de solutions pour la vie d'après.

Pour ceux qui n'auraient pas suivi mais que ça intéresse (y en a-t-il au moins ?), le concept de « bulle sociale » est une façon de ralentir la propagation de pathogènes moins drastique que le confinement complet, en choisissant un certain nombre d'humains avec qui on interagit normalement, en excluant tout contact avec les autres. Ainsi une contamination ne se transmettrait pas au-delà de ladite bulle, tout en permettant à tous les membres de la bulle d'assouvir leurs besoins de relations sociales. Je ne retrouve pas de liens, et je doute de l'intérêt de chercher, mais il était souvent question de placer la limite à six personnes par bulle, notamment au Royaume-Uni, ou une dizaine en Belgique.

Cette idée m'a interpelée, parce qu'en fait je vis déjà dans une telle bulle, et je trouve ça un peu triste.

J'ai des relations sociales assez riches, quoique numériques, autour de quelques canaux IRC (surtout #komite et #gcu) et de ma guilde à World of Warcraft.

En revanche, au niveau des relations sociales dans le monde de la viande, j'ai peur d'être malsainement limitée, même hors crise sanitaire. Il y a les collègues, et l'homme avec qui je partage ma vie (je lui dois énormément), et les relations amicales et familiales que cet homme apporte.

La plupart du temps, tout ça me suffit, et je pourrais simplement être à l'aise avec une mesure contraignante de bulle sociale comme tellement d'autres interdictions de trucs que je n'aurais de toute façon jamais fait. Pourtant ça m'interpelle (comme en témoigne le mot « malsainement » dans le paragraphe précédent), d'une part à cause de la dépendance à mon compagnon, mais aussi parce qu'en vrai, il est arrivé un certain nombre de fois dans ma vie de ressentir un manque de BFF voire de BFFWB.

Je ne suis pas très douée pour me faire des amis, et je suppose que n'y sont pas étrangers les faits que je suis plutôt introvertie, sérieusement agoraphobie, incapable de faire le premier pas, et que je préfère peu de relations intenses à beaucoup de relations superficielles.

J'ai l'impression d'être aussi très mauvaise en entretien de relations amicales, pour la même raison : je n'ai absolument aucune idée de comment m'y prendre. Du coup, tant que les circonstances permettent facilement d'entretenir la relation, ou tant que l'autre personne s'en charge, tout fonctionne parfaitement ; mais dès que ces conditions ne sont plus réunies, la perte vue semble inéluctable, malgré mes efforts.

Je soupçonne qu'il y a derrière tout ça et d'autres choses (comme mes difficultés de fuseki et de joseki) quelque chose de bien plus glauque. J'ai déjà plusieurs fois fait référence à mon tout petit problème d'autodévalorisation, qui me fait penser que le fait que je suis nulle est un axiome fondamental de l'univers ; j'ai l'impression que du même ordre il y a un axiome selon lequel interagir avec moi est un gros effort, que je ne peux justifier qu'en apportant quelque chose de suffisamment positif pour compenser, voire un axiome selon lequel l'univers et les autres seraient quand même bien mieux sans moi.

C'est facile à écrire comme ça, mais c'est beaucoup plus difficile de trouver comment agir concrètement contre, pour les mêmes raisons que mon autodévalorsation. Il y a clairement des fois où je dérange, et des gens dont j'ai marqué négativement la vie ; mais comment les distinguer de mes contributions plus positives ?

Et puis parfois je baisse les bras, en me disant que c'est trop tard pour moi, que je suis trop vieille pour rattraper un apprentissage de la socialisation raté dans ma jeunesse.

Après tout, n'est-ce pas le moment idéal pour se réjouir de son faible nombre de liens sociaux présentiels ?

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 31 octobre 2020 à 23h00
  • État de la bête : confinée
  • Pas de commentaire
  • Tag : Autoexploration
  • Tag : Social

Derniers commentaires

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2020 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly