Retraite téléphonique

Après un peu plus de cinq ans de bons et loyaux services, il semble que l'heure de la retraite ait sonné pour mon ordiphone Kyocera Torque KC-S701.

C'est donc le bon moment pour revisiter ce qu'il m'a apporté, son vieillissement, et sa succession.

Les gloires du passé

J'ai détaillé les tenants et les aboutissants dans mon premier article sur ce téléphone, mais j'ai acheté ce smartphone parce que je voulais profiter des myriades de choses que peut faire ce type d'appareils, et je voulais pouvoir compter sur son blindage pour pouvoir continuer d'en profiter dans des situations dégradées.

Je me souviens qu'à l'époque, j'avais dépensé environ 400 € pour acheter ce téléphone, et j'avais découpé ça en environ 200 € pour un téléphone aux caractéristiques techniques similaires et 200 € pour la résistance aux chocs et à l'eau.

La Résistance

Il ne fait aucun doute que j'ai profité de cette résistance pendant ces cinq ans, entre toutes les fois où je l'ai pris avec moi dans mon bain et toutes les fois où j'ai joué à le laisser glisser de ma main en disant « oups ! » devant un public plus ou moins horrifié.

Alors c'est vrai que j'ai utilisé cette fonctionnalité parce qu'elle est là, et si j'avais un ordiphone qui ne prétend pas être étanche et antichocs je ne l'aurais pas exposé à ces risques, je n'aurais certainement pas investi 200 € juste pour ça.

Coin du téléphone

Je me souviens clairement de trois chutes involontaires que j'estime comme fatales à un téléphone normal, ou au moins à son écran. Chacune de ces trois chutes a laissé une marque dans le boîtier, contrairement autre chocs. Sans compter la fois où il s'est retrouvé entre une voiture qui me percute et moi, mais je ne sais pas quelles contraintes il a subi à cette occasion.

Comme je n'ai pas tellement d'expérience en destruction d'électronique, je ne sais pas trop sur combien d'autres chocs moins spectaculaires le blindage a sauvé cet appareil.

Je l'ai passé moult fois sous le robinet pour le nettoyer sans me poser de question, si j'avais un ordiphone qui craint l'eau j'aurais cherché une autre solution mais du coup je n'imagine pas trop quel est le bénéfice exact de l'étanchéité.

Et je ne me souviens d'aucune immersion qui n'aurait pu être évitée si j'avais voulu l'en protéger.

En revanche, je me souviens de plusieurs utilisations en extérieur sous la pluie. À l'époque où je l'ai acheté, les écrans tactiles devenaient inutilisable à la moindre goutte d'eau (ce qui m'avait motivée à acheter un GPS). Je ne sais pas si c'est encore le cas aujourd'hui, mais les plaquettes des téléphones « durcis » continue de vanter l'utilisabilité avec les doigts mouillés ou avec des gants.

Donc quelque part j'ai l'impression d'avoir rentabilisé sa résistance, mais d'un autre côté je me demande si un remplacement plus fréquent à cause des mauvaises chutes n'aboutirait pas à un meilleur confort par la mise à jour matérielle et logicielle faite au passage. Du coup à budget égal un turnover plus rapide n'est peut-être pas négatif, même si ça va à l'encontre de plusieurs de mes tendances.

Cela dit, il ne faut pas négliger le bénéfice de sérénité procuré par cette résistance. La motivation première était de pouvoir compter sur cet appareil dans les situations d'urgence quand tout part en vrille, et fort heureusement ces situations sont rares, mais c'est tous les jours que je bénéficie de l'impression de pouvoir compter sur cet appareil.

La Convergence

Si un téléphone en ma possession doit être robuste, je ne suis pas encore complètement convaincue par la pertinence d'un ordiphone Android dans ma vie.

J'ai l'impression que c'est un thème récurrent dans ce weblog, quand ce Kyocera Torque allait mal j'envisageais déjà de ne pas le remplacer, pareil quand ma montre allait mal, et j'en ai remis une couche en parlant de dépendance numérique. Et ça c'est ceux dont je me souviens à froid sans regarder les archives.

Je déteste activement les écrans tactiles, les interfaces façon Minority Report, et les systèmes d'exploitation qui prennent leurs utilisateurs pour des cons. Je suis effarée par l'économie de la surveillance, et plus encore par la société qui semble se construire autour.

Et pourtant, malgré tout ça, l'ordiphone Android a pris une place croissante dans ma vie.

Fin 2015, j'utilisais les conversations vocales, les SMS, et le GPS piéton (par OsmAnd), et le navigateur web était disponible en cas de besoin urgent.

Alors qu'aujourd'hui…

Je ne suis pas convaincue que ce soit vraiment un progrès, mais il y a d'autres aspects par lesquels 2020 n'est pas vraiment meilleure que les années qui précèdent, il faut juste faire le mieux qu'on peut avec les circonstances dans lesquelles on se trouve.

La Chute

Comme sous-entendu dans la partie précédente, ce n'est pas une chute au sens littéral qui met fin à la carrière de ce téléphone.

Vieillissement physique

Cela dit, pour être tout à fait honnête, cet ordiphone n'est pas complètement indemne physiquement. Je ne sais pas quelle part de responsabilité ont les chocs que je lui ai fait inutilement subir, par rapport aux chocs plus graves qui (je pense) auraient tué une unité moins solide.

Capture d'écran

En tout état de cause, plusieurs capteurs ont cessé de fonctionner au fil des années. Le capteur de proximité a été le premier à mourir, assez rapidement, et depuis à chaque déverrouillage le système croit que je tiens l'appareil contre mon oreille, comme on peut le voir sur la photo ci-contre, et il faut à nouveau appuyer sur le bouton de veille pour accéder au système.

Ensuite l'accéléromètre et le capteur de luminosité ambiante sont morts, je ne me souviens plus exactement dans quel ordre, mais il a suffi de fixer la luminosité de l'écran à une valeur raisonnable, et renoncer au mode paysage (que j'utilise super rarement de toute façon) pour vivre sans ces capteurs.

Je ne sais pas si le capteur d'orientation est différent de l'accéléromètre, mais si oui il a dû s'arrêter à la même période.

Enfin, au cours de la rédaction de ces lignes j'ai découvert que le capteur magnétométrique a aussi cessé de fonctionner, et je n'ai absolument aucune idée de quand. J'avais essayé la boussole lors de ma découverte de l'appareil, et ça marchait bien, et je n'en ai jamais eu besoin ensuite.

Finalement, il n'y a que le capteur de pression atmosphérique qui semble avoir bien tenu le coup.

Autrement, le boîtier a vieilli et montre clairement des signes d'usure, avec le revêtement mat qui pèle, mais je trouve que ça a plutôt du charme.

Et évidemment, il y a le vieillissement de la batterie. Je ne peux pas trop juger de sa progressivité, vu qu'en parallèle je n'ai pas arrêté d'en demander plus à ce téléphone. Aujourd'hui, après cinq ans, j'ai encore deux jours d'autonomie, ce qui me semble tout à fait honorable.

Cependant je pense que l'estimation du niveau de la batterie n'est plus bon. Depuis un ou deux ans l'ordiphone redémarre spontanément, et ça arrive de plus en plus en souvent ; et ces jours-ci après redémarrage il montre trente à cinquante points de pourcentage de moins dans la capacité batterie. Du coup je soupçonne les redémarrages d'être dûs à des pics de courant que la batterie n'est plus capable d'assurer.

Autant la disparition des capteurs m'est légèrement pénible, autant ces redémarrages et le manque de confiance dans la capacité affichée ont commencé à peser dans ma décision de mettre cet appareil à la retraite.

Vieillissement logiciel

J'ai acheté cet ordiphone en mai 2015 avec Android 4.4.2. Il y a eu une mise à jour en août 2015, sans changer de version d'Android, et rien depuis.

Je suis très très réticente à l'idée de mettre des informations sensibles sur un système aussi peu maintenu, et ce n'est que sous la contrainte que je mets des facteurs d'authentification dessus (et c'est encore plus crétin pour cette banque dont le deuxième facteur n'est accessible qu'après avoir entré le premier facteur dans l'appli' en question, rendez-moi mes banques suisses).

Et à ce stade-là, je suis même réticente à mettre la moindre information personnelle dessus, même de criticité moindre. Malgré tout, j'ai serré les dents et ravalé mon vomi et j'ai fait avec.

Et ces temps-ci, de plus en plus d'applications ne sont disponibles que pour Android 5 et plus, ce qui laisse mon pauvre ordiphone sur le bord du chemin.

J'avais déjà évoqué ce problème avec le client Owntracks pour partager ma localisation, mais j'avais pu repêcher une vieille version encore compatible. Ce n'est évidemment pas possible avec les applications propriétaires (StopCovid, par exemple).

La Fin

Si irritants que soient les vieillissements évoqués, ils ne font que chauffer la casserole avec la grenouille proverbiale, et ce ne sont pas eux qui m'ont fait sauter.

Une fragilité de ce téléphone se trouve au niveau de la trappe micro-USB, qui en assure l'étanchéité. Je l'avais déjà relevée avant l'achat, et c'est pourquoi l'immense majorité des rechargements de cette unité ont été faits par induction.

Fin 2019, la charnière a quand même fini par céder, mais j'ai pu remettre la trappe en place et continuer ma vie normalement.

Je ne sais pas exactement ce qu'il s'est passé, mais à un moment pendant le Grand Confinement, quelque chose a changé dans le mode de défaut de cette charnière, et la trappe ne tient plus exactement à sa place. Déjà luxée comme ça, j'avais un doute sur l'étanchéité de l'appareil.

Et puis en sortant du Grand Confinement, j'ai pu constater que cette trappe dépasse suffisamment pour être bousculée dans mon sac à main, et se détacher spontanément.

Photo de la trappe micro-USB

La cassure qu'on peut voir sur la photo ci-contre photo a eu lieu alors que la trappe était détachée du téléphone.

Du coup je n'ai plus tellement de doute sur la résistance à l'eau de cette unité. Si elle n'est pas encore complètement compromise, l'usure à force de bouger la trappe en aura bientôt raison.

S'il n'y avait que ça, j'aurais certainement cherché des moyens de contourner ce problème, probablement en collant la trappe à sa place, voire en remplissant tout le connecteur USB pour en assurer l'étanchéité, et compter sur les transferts de données et le chargement sans fil.

Mais en l'état, je vais plutôt le remercier pour ses services rendus.

La succession

Ce n'est pas tout de déclarer un appareil comme étant à la retraite, ce ne sont que des mots alors que j'écris ces lignes, car il lui faut un successeur.

Ce qui est compliqué par le fait qu'à chaque fois que je regarde l'offre d'ordiphone ça me fait déprimer de voir à quel point elle s'éloigne de mes préoccupations et de mes valeurs. J'entends encore la réplique de Whistler « Plus tu vivras dans ce monde, plus tu te rendras compte à quel point tu lui es étranger. »

Il y a bien des initiatives qui ont l'air prometteuses, comme KaiOS, Librem 5, PinePhone, etc, mais j'attends de voir si ça ne va pas se finir comme OpenMoko. Et de toute façon, tant qu'il faut un Android à côté, ces idées ne répondent pas au besoin. Je vais continuer de les suivre avec attention, mais ce n'est pas la succession aujourd'hui.

L'expérience de l'ordiphone « durci » me semble concluante, j'aime bien les objets qui durent et sur qui je peux compter, surtout quand ils partent affectivement d'aussi loin qu'un Android ; et la sérénité de cette confiance me semble valoir sont prix et la gestion de l'obsolescence. Je reste ouverte aux autres possibilités, elles partent avec un désavantage qui est tout à fait rattrapable.

Visiblement Kyocera n'a pas été satisfait de sa tentative d'entrée sur le marché européen, donc il reste globalement Caterpillar et Crosscall, comme à l'époque, et des marques chinoises dont BlackView me semblait être la plus prometteuse.

En particulier, je regardais du côté du Cat S52 et des dernières sorties de la série BV de BlackView, sans me fixer sur un modèle particulier de cette série.

Ce qui me gêne dans cette offre, comme pour tout le reste de l'offre Android, et sans compter l'inévitable l'économie de la surveillance, c'est que ces ordiphones sont tous énormes. Je m'en plaignais déjà en 2015 en trouvant que mon Kyocera avait l'avantage de rester en dessous de 5".

Il y a bien Unihertz, et j'ai sérieusement envisagé l'Atom malgré son âge ou l'Atom L malgré sa taille déjà trop grande à mon goût, voire le Jelly 2 mais entre sa distance dans le futur et son absence de protection ça commence à faire beaucoup.

Un autre piège dans lequel j'aimerais bien ne pas retomber, c'est le vieillissement logiciel. Toutes ces marques sont connues pour la solidité de leur matériel et la gestion au second plan du logiciel. Je n'ai pas été déçue par Kyocera, parce que c'est exactement ce à quoi je m'attendais, mais j'aimerais beaucoup que ces marques entretiennent le logiciel pour le rendre aussi durable que leur matériel. Et pour les aider pour ça, il y a les projets Treble et Apex, j'ai peur d'être un peu trop naïve mais du coup je suis prête à poser un peu plus d'argent sur la table pour partir avec une version plus récente qui a plus de chance d'être entretenue.

À force de chercher tout ça, j'ai fini par tomber sur les Samsung Galaxy Xcover 4s et Xcover Pro, qui prétendent jouer dans la même gamme de résistance que les marques célèbres pour ça, mais avec la force de frappe logicielle de Samsung, qui est paraît-il une des meilleures marques en termes de mises à jour Android.

Du coup ces jours-ci je suis en train de tendre vers le drap de lit qu'est le Xcover Pro, qui est à peu près un Galaxy A51 avec le blindage, l'étanchéité, et un peu de réparabilité.

À moins que vous n'ayez une meilleure idée ? Ou des conseils pour mieux choisir un successeur ou mieux vivre la transition ?

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment.

Poster un commentaire

Mise en forme historique : pour mettre en valeur un mot ou un groupe de mot, tapez une étoile de part et d'autre, sans mettre d'espace entre l'étoile et le mot, comme ceci : *mise en valeur*. Pour insérer un lien, mettez le entre crochets, comme ceci : [http://instinctive.eu/].

Mise en forme markdown : voir le guide détaillé, en résumé c'est le Markdown traditionnel, sans HTML ni titres, mais avec les tables PHP-Markdown-Extra.

Attention : les balises HTML entrées dans les commentaires seront affichées telles quelles, et non pas interprétées.

Autour de cette page

 

Autour de cet article

  • Publié le 27 juin 2020 à 17h39
  • État de la bête : pleine d'émotions
  • Pas de commentaire
  • Tag : Jouets

Derniers commentaires

Tags

Archives

Site-level navigation and features

 

Instinctive.eu

Contact

Sections

Validation

Copyright © 2008-2020 Natacha Kerensikova

Butterfly images are copyright © 2008 Shoofly